08/04/2010

Lettre ouverte aux inventeurs

Lettre ouverte aux inventeurs

 

Messieurs, 

 

Cette lettre s’adresse à tous ceux qui ont inventé ou qui vont un jour inventer quelque chose, peu importe quoi, et elle a pour but de vous préparer à ce qui vous attend.

Et elle s’adresse aussi à ceux qui voudraient savoir comment notre civilisation traite ceux qui inventent notre futur.

Avant tout, sachez qu’inventer quelque chose n’est pas donné à tout le monde, bien qu’on essaye de nous persuader du contraire, par un rabâchage de tous les instants. C’est loin d’être donné à tout être humain de créer, d’innover, et d’aller ou nul autre avant lui, n’est allé…

Les innovateurs sont ceux qui ont fait notre monde, pas seulement par leur travail, mais aussi malheureusement en se battant contre les idées établies et la connerie humaine. Nous devrions tous les en remercier, car ils l’ont souvent fait au péril de leur vie.

Ceci est étonnamment toujours d’actualité  et vous devez le savoir, avant de vous lancer dans une aventure qui pourrait vous coûter extrêmement cher.

A titre d’exemple, nous pourrions citer Galilée qui aurait pu finir brûlé vif pour avoir simplement osé dire la vérité… Mais plus proche de nous, nous pourrions parler de ceux nombreux et anonymes, qui aujourd’hui ruinés et détruits par le système en place, finissent par en mourir.

Ceux-là, nul ne parle de ce qui leur arrive et pourtant ils sont une multitude et je dois vous prévenir, car si aujourd’hui la population prend les inventeurs pour des hurluberlus et des paranoïaques, d’autres savent en profiter…

 

Et si le sens commun fait passer les inventeurs pour des paranoïaques, ce n’est pas seulement à cause de certains films hollywoodiens comme par exemple le fameux doc Brown et sa machine à remonter le temps, qui nous ont tant fait rire dans « retour vers le futur », mais bel et bien parce que les inventeurs sont vraiment paranoïaques, et si j’en crois mon expérience personnelle, ils ont bien des raisons de l’être !

Je me présente, je m’appelle Jean-Luc Quéré, Français, biotechnologiste de formation, et j’ai développé à titre privé de nombreuses technologies révolutionnaires dont certaines ne sont même pas brevetées, et pour lesquelles je n’ai aucune intention de déposer des brevets et je m’en expliquerai plus tard.

Si j’ai développé ces technologies seulement à titre privé, c’est qu’elles vont bien au-delà  des connaissances actuelles, et comme ceux qui ont osé penser, au début du 20ème siècle qu’ils pourraient voler, je n’ai obtenu en retour que quolibets et remarques stupides et jusqu’à la négation de mes travaux sans aucune justification.

Bien évidemment, je n’ai bénéficié d’aucun soutien et on m’a même mis de nombreux bâtons dans les roues. A croire que ça dérangeait que je puisse réussir ce qui était sensé être impossible, puisque certains ont jugé utile de me mettre hors d’état de nuire !

Notre espèce est parfois plus que désespérante, que voulez vous nous n’y pouvons rien, et la connerie humaine est à l’image de notre potentiel… Infinie !

Quoi qu’il en soit j’ai réussi l’impensable, j’ai développé une série de technologies permettant de traiter le CO2 tout en le transformant en matière première pour la production d’énergie… Dur à croire, compte tenu de l’actualité du réchauffement planétaire et pourtant si vrai !

 

Les « spécialistes » auto proclamés, en raison de la connerie humaine qui les caractérise, vous diront que c’est impossible, comme naguère ils auraient brûlé Galilée, pour affirmer au monde que la Terre était aussi plate que leur intelligence…

Ne riez pas, ce n’est pas de l’ironie, c’est seulement la triste vérité…  Et il y a longtemps que ceci ne me fait plus rire, je vous assure.

J’ai développé ces technologies seul, envers et contre tous, et fier de moi pour avoir réussi ce qu’on me disait impossible, j’ai voulu faire valoir mes droits…

 

Comme tout inventeur je me suis renseigné car, comme à tout un chacun, la protection d’un travail de l’esprit m’échappait et j’ai fini en France auprès d’ un organisme d’état appelé l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle).

 

Là, des fonctionnaires de cet organisme m’ont dit que je devais déposer un brevet d’invention pour faire valoir mes droits… Ruiné par mes travaux et un tel dépôt nécessitant des fonds relativement importants, je me suis associé  à une société privée pour le financement…

 

Cette société s’est avérée être une société écran installée, comble de l’ironie, dans des locaux publics. Mais il s’agissait bel et bien d’une coquille vide, faite par des crapules qui ont eu recours aux pires pratiques pour se remplir les poches à mes dépends, et à ceux de nombreuses autres victimes… On parle là d’esclavage, d’abus de confiance, de dissimulations, de faux et d’usage de faux, de chantage, d’intimidation, de menace de kidnapping, de torture et de mort…

 

Aucune raison d’être paranoïaque en effet !

Et en France, au pays des Droits de l’Homme je vous prie ! Guère encourageant pour le reste du monde non ?

Mais ceci n’est pas le plus important, car les crapules de ce genre usant de pratiques sordides pour ruiner et spolier les inventeurs, sont sûrement innombrables…

Le vrai problème, c’est que ce type d’individu profite de ce que j’ai longtemps et naïvement assimilé à des failles du système de protection industrielle et du système judiciaire…

La vérité est bien pire, le système de protection industrielle est fait pour cela, il est fait pour ruiner les inventeurs et les contraindre à s’associer à des tiers…

Pire encore, une fois les inventeurs associés à des tiers, le système en place des brevets est un outil extrêmement efficace pour les spolier et les rendre vulnérables à des abus tels, que l’on peut les considérer comme des atteintes aux Droits de l’Homme pour les inventeurs.

Pire encore, des lois contraires à  la Constitution ont été votées, au moins en France, pour faciliter de tels actes criminels et soustraire ceux qui pratiquent ces crimes à toute forme de justice…

Il ne s’agit pas de mots en l’air, mais bel et bien de faits authentiques !

Vous ne me croyez pas ?

Alors permettez moi de vous le prouver…

 

En 2005, j’ai signé un contrat m’associant à une société française (Segitech).

Peu après, un brevet a été déposé par le cabinet BREESE DERAMBURE MAJEROWICZ.et contractuellement les déposants auraient dû être votre serviteur et la société Segitech (comme le prouve la lettre du cabinet d’experts en propriété industrielle, en date du 1/03/2005).

 

1 derambure

 

Dans la réalité, le brevet fut établi avec des déposants bien différents, à peine un mois après la lettre du conseil en propriété industrielle. Les nouveaux déposants étaient, moi bien sûr, mais aussi la société Brevets et associés, et Finercor, société de droit espagnol, lesquelles sociétés sortaient de je ne sais où !

 

Ceci est loin d’être anodin, c’est une violation caractérisée du contrat me liant à mes associés et une « technique » pour se soustraire à toute poursuite judiciaire… Et je l’ai su bien plus tard une cession illégale dont Mr Jean Garnier, gérant de Finercor a été un grand bénéficiaire…

 

Poursuivre ces individus en France, devant des tribunaux français n’aurait eu pour seul effet que de me ruiner davantage en frais de justice…

Et même si après des années pour ne pas dire des décennies, j’avais gagné mon procès, faire appliquer une décision de justice française en dehors du territoire français, relève d’un tour de force qui tient du pur fantasme …  Et ceci est vrai pour tout pays à travers le monde.

Ce qu’ il est important de retenir ici, c’est que l’expert en propriété industrielle ait abusé  de sa position pour déposer à la demande de ces crapules, un brevet d’invention au nom d’une société qui n’avait aucun droit légal sur mon invention, et pire encore que l’INPI ait accepté  cela, normalisant ainsi une situation anormale de spoliation, et ce sans aucune vérification d’aucune sorte…

Là on parle de complicité  avérée de spoliation, de faux et d’usage de faux, d’abus de confiance et ce, de la part de gens qui vous vendront sans aucune vergogne leur probité et le sérieux des institutions en place…

A partir de ce moment, soit je faisais ce que ces crapules voulaient, à savoir travailler à mes frais, sans aucune indemnité, ce qui est de l’esclavage, il ne faut pas avoir peur des mots, soit ils abandonnaient les brevets et tout était perdu…

L’INPI ne s’estimant pas responsable de cette situation, je devais poursuivre mes crapules devant les tribunaux, à mes seul frais… Ce qui allait prendre au bas mot une décennie durant laquelle, selon leur propre chantage, mes crapules auraient eu largement le temps d’abandonner les brevets, et ce qui m’aurait coûté plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines de milliers d’Euros…

Si une telle situation vous arrive, n’insistez pas, vous avez tout perdu et songez à reconstruire votre vie… Moi devant la menace du réchauffement planétaire et le risque d’éradication de notre espèce, j’ai persévéré…

 

Je passe sur ce que j’ai dû  subir et sur toutes les péripéties qui vous assaillent quand on essaye de faire avancer les choses avec de telles ordures, pour en venir à  la suite…

 

Un an plus tard, cette crapule de Mr Jean Garnier, flanqué d’un nouvel expert en propriété  industrielle, est revenu à la charge avec un contrat de copropriété  qui réduisait mes droits et les obligations de cette crapule et surtout qui contenait une « tontine »(en référence aux tontons flingueurs)…

Clause qui stipulait qu’en cas de décès, le mien en l’occurrence, mes héritiers perdraient tous mes droits aux brevets, au bénéfice de mes crapules… Autant dire que signer cela, revenait à signer mon arrêt de mort…

J’ai refusé fermement et l’expert en propriété industrielle n’a pas hésité une minute à me faire chanter… Je devais signer le document en l’état, sinon le brevet partirait à la poubelle car il refuserait de financer les dépôts nationaux…

J’aime la planète et mes semblables mais pas aux point de signer mon arrêt de mort, car avec de telles crapules , l’objet de cette clause ne laisse planer aucun doute…

Un an après cet épisode durant lequel j’ai tenu tête à ces odieux individus sans céder au chantage et obtenu en partie gain de cause (en partie, car ils ont juste financé  les brevets), mes crapules ont abattu quelques cartes, compte tenu du potentiel économique de mon invention, (qui est plus que jamais d’actualité) potentiel qui est estimé à plus de 60 milliards d’Euros annuels pour la seule Europe et sans le volet énergétique.

Le représentant de la société  Finercor (Mr Garnier) avait revendu dans mon dos, en rupture de contrat pour environ 125.000 Euros, des fragments de brevets à des tiers, comme un vulgaire voleur de bagnole revend des pièces détachés tandis que moi, je me ruinais pour avancer afin de sauver la planète de la stérilisation carbonique…

Contraint par les méthodes habituelles (chantage, menaces, abus de confiance…) à normaliser cette situation, un contrat de copropriété fut établi…

Ce nouveau contrat ne fut pas plus respecté que le contrat initial, évidemment… Totalement ruiné après des années d’esclavage pour sauver ma planète et révolté par les agissements de ces crapules, je décidais fermement de cesser de travailler à mes frais, tant qu’ils ne respecteraient pas leurs engagements…

 

C’est là que, croyant avoir atteint le fond, j’ai fini par apprendre par lettre recommandée, qu’un autre expert en propriété industrielle, Mr Roland Nithardt avait abusé de la confiance que j’avais en sa profession, à la demande de mes crapules pour déposer un nouveau brevet, européen dans mon dos…

On parle à nouveau ici d’abus de confiance, de faux et d’usage de faux, de spoliation en bande organisée et par des gens qui vendent leur sérieux et leur probité…  On rigole devant ce déluge de délinquance en col blanc !

Malheureusement pour eux, ma technologie est autrement plus complexe que le fil à couper le beurre, et très vite en essayant de vendre mon invention en France, à des sociétés comme Total ou Air Liquide et à d’autres société en Europe, ils se sont rendu compte qu’ils étaient très loin de maîtriser ma technologie, malgré les ingénieurs et la consultante du CNRS qu’ils m’avaient mis sur le dos…

Sans moi ils n’avaient rien…  Seulement un brevet inexploitable et la capacité de me pourrir la vie et de paralyser mon invention… Ce qu’ils ne se privèrent pas de me dire et de me faire ! (menaces, chantage, intimidation, toujours la routine quoi !)

L’Office Européen des Brevets (OEB)  leur a durement tapé sur les doigts dans un rapport de 5 pages avec plusieurs rappels de l’article 84CBE, qui signifie clairement que l’on doit donner toutes les caractéristiques techniques de l’invention…

Moi, je n’ai connu ce détail de façon partielle que dans les 8 derniers jours de leur immonde chantage…  Soit je complétais les « trous » dans leur délais, soit les brevets allaient aux chiottes, en rupture de leurs engagements (leur chantage)… En 8 jours ! Bin voyons, y a écrit miracle sur mon front ?

 

https://register.epoline.org/espacenet/application?documentId=ENMWPI2F5097FI4&number=EP08000083&lng=en )

Nous pouvons faire ici un petit arrêt sur l’article 84CBE, qui existe clairement pour que tous les petits « secrets » de l’inventeur ne puissent échapper à ceux, hommes de l’art comme ils disent, qui voudraient reproduire l’invention…

Dans quel but à votre avis ? Se passer de l’inventeur bien sûr ! Car une fois tout « donné », pourquoi payer l’inventeur pour son travail?

Dans le cas de mon invention, l’expert en propriété industrielle, Mr Roland Nithardt  a carrément abusé de ma confiance pour déposer un brevet dans mon dos… Sans mon concours et donc sans mon savoir faire et il s’est planté !…

L’OEB lui a donc rappelé cet article 84 CBE… Histoire de ne pas accepter un brevet d’invention pour une technologie qui échapperait au fait que l’on puisse l’exploiter sans l’inventeur, en le spoliant impunément de son travail ! (Faut savoir lire entre les lignes !)

Finalement, l’OEB a validé ce torchon et encaissé son chèque, sans respecter l’article 84 CBE… On rêve ! Même pas fichus de respecter leurs propres règles, pour du pognon… Ont ils graissé des pattes ? Plus rien ne m’étonne maintenant !

Je ne vais pas ici m’étaler sur les chantages, pressions diverses, menaces (kidnapping, torture, mort), intimidation et les innombrables abus de confiance et autres dissimulations et les tortures mentales pendant des années, pour m’abuser et me contraindre à signer des documents en anglais (langue qui n’est pas ma langue maternelle et que je maîtrise peu) sans aucune traduction et avec des délais extrêmement courts pour les dépôts US, et me forcer à combler « les trous » du brevet déposé dans mon dos pour pouvoir exploiter mon travail et me maintenir en esclavage pour le reste de la vie du brevet.

J’en viens donc directement à ce qui me révulse le plus...

L’expert en propriété industrielle a abusé de sa position et de ma confiance en sa profession, fourni des faux ou travesti des documents pour normaliser un acte criminel auprès de l’OEB, lequel a clairement vu qu’il y avait un problème, mais n’a pas cherché autre chose qu’à savoir comment ça marche, pour faire respecter l’article 84 CBE… Et a fini par accepter ce dépôt en violation de l’article 84 CBE…

Mr Roland Nithardt a participé activement à des actes assimilables à du chantage et de l’intimidation même si c’était fort bien déguisé… Il a tout autant dissimulé ses actes avec le concours ou en abusant des organismes de protection industrielle (Europe, USA, Australie, Canada) et refuse encore aujourd’hui de me fournir la moindre pièce.

L’OEB, tout comme l’INPI et autres organismes de ce genre, ne m’a jamais fourni le moindre élément, se cachant derrière une clause de secret qui interdit pendant 18mois de fournir le moindre élément à des personnes étrangères…

Comble du cynisme, j’ai été « classé » comme étranger à ma propre invention, moi qui était le seul à savoir comment ça fonctionnait et on m’a renvoyé  en boucle à l’expert en propriété industrielle, lequel a toujours refusé de me fournir le moindre élément, en se cachant derrière sa déontologie, tout en cherchant à m’abuser pour obtenir les pièces manquantes du puzzle…

La déontologie des experts en propriété  industrielle, parlons en justement…

Choqué par les agissements de cette épouvantable crapule qu’est Mr Roland Nithardt, j’ai contacté la Compagnie Nationale des Conseils en Propriété Industrielle (CNCPI) pour leur signaler son interprétation de sa déontologie, laquelle l’autorise selon lui à spolier, abuser, menacer et faire chanter les inventeurs et à déposer des brevets dans leur dos, auprès d’organismes officiels comme l’OEB…

Après plusieurs mois passés  à littéralement les harceler, Mr François Pochart, secrétaire de la CNCPI, l’équivalent chez les expert en PI du Conseil de l’Ordre chez les avocats, me répondait dans un mail du 18 septembre 2009 :

 

« M. Quéré,

Notre confrère a déposé  une demande de brevet sur instructions de son client. Je ne pense pas qu'il soit possible pour un conseil de vérifier le caractère frauduleux ou non de la requête de son client. Dire que notre confrère a "déposé  un brevet dans votre dos" n'est pas la réalité: c'est le déposant qui a déposé, notre confrère a agit encore une fois comme mandataire. »

 

En sachant que Mr Roland Nithardt, le « confrère » connaissait pertinemment le caractère frauduleux de la requête de son client, et qu’il demanda a être payé d’avance car ses prédécesseurs, comble de l’ironie n’avaient pas été payés par le client « non frauduleux », on note le cynisme de Mr Pochart...

De plus, ce n’est pas son client qui a abusé de l’inventeur que je suis, en exploitant des documents que j’ai fournis à l’expert en propriété industrielle et à lui seul, car faisant confiance en sa profession, mais bel et bien le « confrère », Mr Roland Nithardt, lequel a osé facturer à son client le temps passé à étudier ces documents et a reconnu par écrit l’avoir fait sans mon concours... Dans mon dos donc, mais non, selon Mr Pochart ce n’est pas la réalité !

C’est encore Mr Roland Nithardt qui a rempli les documents déposés auprès de l’OEB, tout en dissimulant sciemment certains éléments…  C’est plus subtil qu’un faux document mais moralement et peut être légalement, c’est tout aussi discutable, il me semble…

 C’est encore Mr Roland Nithardt qui m’a fait « chanter » pour me contraindre à signer les actes de cession pour les dépôts aux USA, sans aucune traduction et sans autre justification que « signez ou vous perdrez tout »…

Mais je ne vais pas m’étaler la dessus, mais plutôt me concentrer sur cette phrase qui, je l’avoue m’a donné une nausée de révolte et d’indignation :

« Notre confrère a déposé une demande de brevet sur instructions de son client. Je ne pense pas qu'il soit possible pour un conseil de vérifier le caractère frauduleux ou non de la requête de son client. Dire que notre confrère a "déposé un brevet dans votre dos" n'est pas la réalité: c'est le déposant qui a déposé, notre confrère a agit encore une fois comme mandataire »  

La vérité est dure à croire : les experts en propriété industrielle travaillent sur instructions de leurs clients comme n’importe quels mercenaires… A ce titre, ils peuvent abuser les inventeurs, les spolier, les menacer, les faire chanter et Dieu sait quoi d’autre, et dire le plus cyniquement du monde, je suis mandataire, je fais ce que mon client me dit de faire, et je ne suis pas responsable !

Quel claque !

Et ceci me fut confirmé, non en ces termes, mais par un soutien aux propos de Mr Pochart, par Mr Derambure Christian, Président du CNCPI…

Si les tueurs à gages adoptaient une telle déontologie, on pourrait venir chez vous, tuer votre femme, vos enfants, vous loger une balle dans la tête, puis se mettre dans votre canapé, siffler votre meilleure bouteille et attendre la police…  Une fois celle ci arrivée, il suffirait au tueur de dire qu’il a été payé pour faire ça, qu’il n’est pas responsable, et il pourrait repartir sans être inquiété par les forces de l’ordre !

Et ces « experts » gagnent de 200 à 300 Euros de l’heure… Pas mal pour ne pas être responsables de leurs actes, vous ne trouvez pas ?

Moi personnellement, j’ai trouvé cela cynique… Il faut dire qu’après des années d’esclavage et d’abus de toutes sortes et de menaces sur ma propre vie, je ne suis pas forcément objectif aussi, je le reconnais…

Ma première réaction a été  de vouloir informer les inventeurs au plus vite, car avec une telle déontologie, une chose m’apparaît plus qu’évidente, c’est la capacité de nuisance des « experts en propriété industrielle » et c’est un devoir moral et civique que de prévenir toute nouvelle victime éventuelle.

 

Mr Derambure Christian, Président du CNCPI après avoir soutenu le Secrétaire du CNCPI dans ses propos par mail du même jour, (lequel ne manqua pas d’entraîner une réponse correcte mais scandalisée de ma part et mon intention de rendre ces pièces publiques), m’a alors bien spécifié que :

«D’autre part, mon courriel précédent, comme celui-ci, est destiné exclusivement à la personne auquel il est destiné  – vous-même - et n’a pas vocation à être rendu public. »

La confidentialité… Arme bien pratique de dissimulation de crime de certaines professions, vous ne trouvez pas ?

Sauf que la confidentialité en propriété industrielle ne porte que sur ce que dit le mandant au mandataire et certainement pas le contraire… De plus aucun d’eux ne travaille pour moi et ceci n’est ni plus ni moins qu’une nouvelle tentative d’abus de position, pour dissimuler aux inventeurs la capacité de nuisance des experts en propriété industrielle !

Maintenant, si ces messieurs veulent me faire un procès pour avoir dit la vérité, moi qui ai tout perdu et qui n’ai plus rien à perdre, grand bien leur fasse…

Il ne faut pas respecter des règles que des crapules ont choisies pour nous…

Et ceci est un devoir civique qui va bien au-delà des lois d’une quelconque nation, et que notre espèce aurait du retenir après les conséquences du nazisme… Refuser de respecter des règles ou des lois qui reposent sur l’injustice et les abus est un devoir civique, c’est un devoir moral et au-delà de toute considération c’est le devoir de tout être humain.

Mais le scandale de cet échange de mails avec les instances dirigeantes du CNCPI ne s’arrête pas là…

Après que j’aie commencé à dénoncer les agissements de Mr Roland Nithardt, ce dernier pour m’intimider sans aucun doute possible et me faire cesser de dénoncer ses crimes, m’a menacé de me poursuivre au pénal… Sous quel prétexte, je n’en sais toujours rien, probablement pour diffamation mais je rappelle ici que si la diffamation est un crime des plus odieux, la dénonciation est un devoir civique pour empêcher des criminels d’agir.

Evidemment il n’a absolument rien fait, puisque je détiens les preuves de mes propos et que devant un tribunal pénal, j’aurais pu les montrer… Chose des plus gênantes, question de mauvaise publicité…

Comment donc procéder, pour faire taire une victime qui ne craint pas les menaces et les intimidations ?

-Me tuer ?

Cette interrogation n’a rien de paranoïaque, mes associés y ont au moins songé et me l’ont dit, la clause de décès dans le contrat de copropriété qu’ils ont tenté de m’imposer par chantage en 2006, le démontre clairement.

De plus Mr Protain et Mr Garnier, dans les locaux de la société de Mr Rouzé en 2007, m’ont même proposé de visu de prendre une assurance vie sur ma tête, assurance dont ces crapules auraient été les seuls bénéficiaires, chose refusée avec force et heureusement pour moi, car ces crapules n’auraient certainement eu aucun scrupule à me faire disparaître, ça ne fait aucun doute à mes yeux.

-Me faire passer pour un paranoïaque qui ne dit que des âneries ?

Ceci est des plus facile, étant donné  que les gens dans leur majorité, considèrent les inventeurs comme des hurluberlus, et étant donné qu’à l’instar de toute victime d’abus et de déni de justice, ma réaction des plus naturelle de colère et de révolte n’aide pas à me crédibiliser…

Il paraît que même en étant victime, on doit rester calme et parler correctement à des ordures…  Je suis désolé, je ne supporte pas l’hypocrisie et si je parle correctement à des gens corrects, je ne peux parler qu’en termes orduriers à des ordures... Question de vocabulaire peut être ?

 

Un de mes amis me disait naguère un poil de chat c’est un poil de chat, mais un poil de cul c’est un poil de cul… C’est peu élégant peut être, mais c’est la vérité !

Maintenant, dire ou laisser entendre qu’un inventeur est paranoïaque est une chose, l’écrire en est une autre, surtout quand le « paranoïaque » détient les preuves qu’il ne l’est pas, là cela s’appelle de la diffamation… Et ceci dépend du droit pénal !

Je ne suis pas paranoïaque et encore moins un hurluberlu et je détiens les preuves de leurs fumisteries…  Ils ne peuvent donc pas m’empêcher de dénoncer leur actes criminels par action juridique pour la bonne et simple raison que je pourrais fournir les preuves de mes propos aux juges et que cette affaire deviendrait publique…

Sachant que la clientèle des experts en propriété industrielle est constituée à 90% d’inventeurs indépendants, une telle publicité rendue publique serait loin d’être sans conséquences sur leur profession et les dirigeants du CNCPI en ont pleinement conscience, comme le prouve cet extrait d’un mail envoyé par Mr Derambure, Président du CNCPI, suite à l’échange du 18 septembre 2009  :

  « Je vous invite par conséquent à faire preuve de retenue à l’égard de la CNCPI, notamment de ses instances dirigeantes. D’une part, la CNCPI n’est pas votre « ennemie », si je puis m’exprimer ainsi.  D’autre part et surtout, la CNCPI n’a pas à être in fine la victime du litige qui, si j’ai bien compris vous oppose à vos anciens partenaires. »

Clairement, comme Mr Nithardt l’avait déjà fait, Mr Derambure m’invite à régler « mon litige » avec mes anciens partenaires et à les oublier eux…

En sachant pertinemment que ceux-ci m’ont complètement ruiné avec la complicité active d’experts en propriété industrielle et du système de protection industrielle, et que la procédure juridique est extrêmement longue et des plus ruineuse.

Un des associés de Mr Derambure justement m’a demandé, par l’intermédiaire d’un conseil obtenu par une association (ça c’est une autre histoire, bien gerbante aussi) par téléphone, 25.000 Euros d’avance juste pour lire le dossier… Et nous a fait bien comprendre que vu les lenteurs de la justice en France, et le fait que Finercor soit une société étrangère, faire appliquer une quelconque décision de justice hors de France était de l’ordre de mission impossible !

Autant dire que poursuivre ces crapules n’aurait que pour seul effet de me faire encore payer davantage…  Et avec de l’argent que je n’ai même pas !

Alors non seulement, Mr Nithardt, expert en propriété industrielle, a participé activement à ma spoliation par ces crapules comme d’autres avant lui pour ses honoraires, en leur facilitant les choses au point de les rendre possible, mais en plus leurs collègues sont disposés à vous ponctionner allègrement pour faire valoir vos droits !

Avouez que c’est fort ! Des plus sordide certes, mais fortiche !

Dans ces conditions, je comprends qu’ils n’aient aucune envie que 90% de leurs clients apprennent ce que leur déontologie leur permet de faire pour les spolier !

Alors comment faire pour éviter qu’un inventeur déterminé ne puisse rendre publiques leurs fumisteries ?

Mr Pochart a malencontreusement ouvert la porte à cette question et je vous laisse juge du côté  vicieux et sournois de la méthode…

« Je ne souhaite pas polémiquer inutilement. En ce qui concerne les frais de justice, je ne pense que le coût d'une lettre recommandée pour la saisine de la juridiction concernée soit rédhibitoire. »

Un conseil en propriété industrielle me demande 25.000 Euros et une simple lettre recommandée suffit ?

Avouez que c’est surprenant non ?

Sur ce mail il y avait peu d’éléments et je ne manquais pas de le remercier et de lui demander un complément d’information…

Il me répondit, sans polémiquer, ceci,  après 5 jours de relance :

« Monsieur,

La procédure à laquelle je fais référence est celle instituée par les articles L422-11, et R422-56 à R422-63. R422-58 indique la saisine par LR+AR.

Vous pouvez consulter le code sur le site www.legifrance.gouv.fr

Cdt »

 

Messieurs les inventeurs, avouez que pour le coût d’une simple lettre recommandée, la tentation serait grande de lancer cette procédure… Erreur !

 

Une telle procédure n’aurait pour seul effet que de vous contraindre au silence…

 

Pourquoi ? Parce que dénoncer un crime est un droit, mais dénoncer un crime jugé, pour lequel le coupable a été innocenté, c’est de la diffamation… Et peu importe si le dit « procès » est bidon !

 

Pour mieux comprendre mes propos, je vous conseille fortement d’aller lire ces articles pour vous rendre compte, de vos propres yeux, de la justice à deux vitesse qui existe en France !

 

Et attardez vous surtout sur l’article L422-11 ou comment un article entier a été consacré à  remplacer des mots… Allez, pour le plaisir je vous en montre un, c’est trop tentant :

 

« 2° Au troisième alinéa, les mots « au conseil en propriété industrielle » sont remplacés par les mots « à la personne poursuivie »

 

Ceci ou comment protéger les conseils en propriété industrielle en remplaçant les termes relatifs à leur profession, par des termes comme personne poursuivie…  Avouez que c’est fort et ce sont des politiques sensés protéger vos intérêts, à vos frais, en votant des lois dans l’intérêt général, qui votent des lois pareilles !

Le vrai scandale n’est d’ailleurs pas ici de réaliser que les experts en propriété industrielle, par le biais de ces articles de lois, n’ont quasiment aucune chance de devoir subir les conséquences de leurs actes criminels, mais de savoir qu’il existe bel et bien une justice à deux vitesses.

 

En effet, pour les crimes dont j’accuse Mr Nithardt (abus de confiance, abus de position, vol en réunion, chantage et probablement faux et usage de faux…), ce Monsieur dans n’importe quel autre domaine de compétence, pourrait être passible de plusieurs années de prison ferme pour ses actes…

 

Ici, grâce à la complicité  des politiques qui ont voté ces lois, il risque au pire de ne plus pouvoir exercer, sous réserve qu’au moins 5 sur 7 de ses juges le condamnent.

Ce qui serait illusoire car, vu la qualité de ses membres constitutifs , les juges sont à la fois juge et partie, ce qui représente encore un abus détourné.

 

Ceci est un déni de justice et pire encore une violation de la Constitution Française et plus précisément de l’article 6 :

 

« La loi est l'expression de la volonté générale. Tous les citoyens ont droit de concourir personnellement ou par leurs représentants à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse. Tous les citoyens, étant égaux à ses yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents. »

Je reprends pour que ce soit clair pour tous, article 6 de la Constitution Française : la loi doit être la même pour tous… Alors pourquoi des politiciens ont-ils jugé utile de voter des lois qui permettent aux experts en propriété industrielle d’avoir une autre loi, une autre justice qui tout à fait entre nous, est un déni de justice à peine voilé, qui met les experts en propriété industrielle au dessus des lois, et leur permet tous les abus aux dépends de leurs victimes ?

Simplement pour violer impunément tous les autres articles de la Constitution Française et bafouer les droits de l’homme de leur victimes…

Comprenez bien, si le commun des mortels perçoit les inventeurs comme des hurluberlus, il faut pourtant bien réaliser que tout ce qui se fabrique et se vend, que ce soit en grande surface ou dans n’importe quel petit magasin, a été créé, imaginé et réalisé à ses frais par un inventeur…

40% des produits qui se vendront dans 10 ans à peine, n’ont pas encore été inventés…  Sachant en outre que 90% des brevets d’inventions sont déposés par des inventeurs indépendants, cette arnaque organisée et soutenue par l’Etat français, dont j’ai été victime parmi des milliers d’autres victimes probablement, et de la même façon dans de nombreux pays, porte sur des centaines de milliards d’Euros au niveau mondial…

Si Paris vaut bien une messe, une telle somme vaut bien de se torcher le cul avec les droits de l’homme d’une bande d’hurluberlus, hein ?

D’autant que les états du monde entier participent à ces abus !

 

Mais le scandale de cet échange de mails ne s’arrête pas là…

Après vous avoir montré le scandaleux de l’existence de lois en violation de la Constitution Française, faites pour violer impunément les droits de l’homme des inventeurs, vous devez vous demander ce qu’il pourrait y avoir de pire, hein ?

Je cite Mr Pochart dans un mail du 18 septembre 2009, soutenu dans ses propos par Mr Derambure, pour m’inciter à porter plainte selon les lois établies et vues plus haut, non pour obtenir justice mais bel et bien pour me contraindre au silence et m’interdire ainsi de ne plus dénoncer les agissements de Mr Roland Nithardt leur confrère, qui n’a fait que respecter leur déontologie et fait ce que n’importe quel autre expert en propriété industrielle aurait fait, dixit les responsables du CNCPI :

« M. Quere,

Je fais suite à vos messages.

Statutairement, la chambre de discipline doit être saisie dans les conditions légales du code de la propriété  intellectuelle; à ce jour ce n'est pas le cas et nous ne pouvons que statuer selon notre procédure de conciliation en cas de difficultés. » 

Avez-vous trouvé ce qui choque ?

Un expert en propriété industrielle qui parle de conditions légales du code de la propriété intellectuelle… Le mot est lancé : « intellectuelle ».

Il peut sembler des plus curieux qu’une affaire de propriété industrielle soit régie par le code de la propriété intellectuelle, mais Mr Pochart, secrétaire du CNCPI le dit…

Un brevet, les droits d’un inventeur dépendent donc du code de la propriété intellectuelle, comme dans le cas de n’importe quel écrivain ou chanteur…

 

Alors pourquoi doit on déposer un brevet d’invention ?

 

La propriété intellectuelle c’est une chose claire, à partir du moment où vous pouvez prouver que vous avez créé une œuvre de l’esprit, cette œuvre vous appartient pour toute votre vie et 70 ans après votre mort…

 

Si une invention dépend du code de la propriété intellectuelle, comme le dit Mr Pochart soutenu dans ses propos par Mr Derambure, instance dirigeante du CNCPI, pourquoi diable les inventeurs doivent ils se ruiner dans des brevets pour protéger leur œuvre de l’esprit, et ce pour obtenir le droit de dire que leur œuvre leur appartient pendant 20 ans, alors que par définition leur œuvre, propriété intellectuelle donc, leur appartient pour toute leur vie et 70 ans après leur vie, dès que l’inventeur peut prouver qu’il en est le créateur, ce qui peut être fait avec une simple enveloppe Solleau ?

 

Simplement parce qu’il serait alors impossible de spolier un inventeur de ses droits sur sa création…

 

La propriété est un droit inviolable et sacré (article 17 de la Constitution Française) et pour vous spolier de vos droits sur une œuvre de l’esprit,  il faut que son créateur renonce de lui-même à ses droits…

Vous noterez ici le côté pervers et vicieux de ce système qui consiste par l’existence du brevet, à ruiner l’inventeur, par des annuités, des traductions et autres rédactions de brevets, et ce dans chaque pays, pour le faire renoncer à ses droits sans le lui dire…

 

Car là  est la seule raison d’être du brevet d’invention, ne vous y trompez pas.

 

Ainsi, n’importe quelle industrie peut s’approprier les oeuvres de l’esprit des inventeurs, sans leur verser le moindre centime…

 

D’autant que l’article 84-CBE impose à l’inventeur de divulguer tout son savoir faire, afin que tous puissent reproduire son invention, sans lui ! Ce qui facilite grandement les choses, il faut le reconnaître…

Pire encore, ce système se fait complice de crapules de la pire espèce, qui n’ont aucun état d’âme à avoir recours à l’esclavage, au chantage, aux menaces, et pire si besoin est…

Et ce sans aucun risque, car si un criminel est présumé innocent, une victime elle, en fait toujours les frais et doit se ruiner en frais d’avocats pour faire valoir ses droits…

D’autant qu’en France non seulement « les affaires en propriété industrielle » n’ouvrent pas droit à l’aide juridictionnelle, mais en prime, des lois anticonstitutionnelles protègent de la justice le maillon manuel de ce « système », à savoir les conseils en propriété industrielle.

Ces derniers ont même une déontologie qui stipule, comme me l’a écrit Mr Pochart, que quoi qu’ils fassent, ils ne sont pas responsables puisqu’ils sont payés pour le faire !

Et comme des lois iniques et gerbantes les mettent au dessus des lois des communs des mortels, tout est possible (abus de confiance, abus de position, chantage, intimidations, menaces…).

Ne vous y trompez pas, les experts en propriété industrielle sont le bras armé de ce système et en règle générale ils n’ont pas besoin d’aller si loin pour spolier les inventeurs, car le simple fait de déposer un brevet suffit…  Il ne reste pour eux qu’à attendre que l’inventeur se ruine en essayant de protéger ses droits… dans chaque pays, année après année…

Si vous avez de la chance messieurs les inventeurs, votre invention ne vaudra rien ou peu et le système vous ruinera en vous pompant vos revenus comme un véritable vampire et plus vous chercherez à protéger vos droits, plus vite vous serez ruinés…

Votre conjoint vous quittera si vous ne savez pas vous arrêter à temps, mais ça n’ira pas beaucoup plus loin.

 

A contrario, si votre invention vaut beaucoup d’argent, des crapules, des industrielles indélicats et même certains politiques n’attendront pas que le système fasse ce pourquoi il a été créé, et là je vous assure que le pire est devant vous…

Nous pouvons parler ici de l’affaire des puits de pétrole en feu, qui concerne une invention qui a généré des milliards de dollars, et qui a complètement ruiné son inventeur…

Il a été kidnappé avec sa famille entre autres choses, et de nombreuses personnes qui se sont penchées sur cette affaire ont soit été prises de violentes crises de dépression qui les ont acculées à « un suicide », soit elles ont vu leur véhicule avoir des problèmes de clef de contact du genre détonnant… 

 

Pour en savoir plus :

http://news.stcom.net/modules.php?name=News&file=prin...

Ce monsieur, vous ne le savez pas, nous a probablement sauvé la vie à tous avec son invention qui a permis de stopper en quelques mois, l’incendie de plus de 1.000 puits de pétrole, qui crachaient chaque jour des millions de tonnes de CO2.

 

De ce fait, il nous a accordé  un sursis avant la survenue de l’ère de la « stérilisation carbonique ».

Cet inventeur, dont je tairai le nom par respect pour toutes les victimes de ce système abject de protection industrielle, je le remercie ici, pour m'avoir donné le temps de pouvoir créer, mes inventions qui sont notre dernier espoir…

 

Mes revenons aux victimes de ce système, rien qu’à propos de mes crapules, j’ai déjà contacté 2 victimes sur une bonne dizaine déjà identifiées et j’ai trouvé une affaire les concernant, datant de 1999, et dans laquelle apparaissait le nom de Mr Jean Marie Lepen dirigeant du Front National.

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/elf-le-pen-et-l-aquazole_492743.html  

En ce qui concerne mon invention, qui pourrait rapporter plusieurs centaines de milliards d’Euros chaque année, la situation est très différente pour la bonne et simple raison que la cupidité chronique de mes crapules a fait qu’ils se sont d’abord appropriés un moyen de contrôler les brevets avant d’en avoir le savoir faire…

Et voyant que je ne me laissais pas faire, ils ont déposé un brevet dans mon dos avec la complicité d’un de « ces mercenaires d’expert en propriété industrielle »…

Ma technologie étant extrêmement complexe, et comme je ne cédais pas à leur immonde chantage, ils se sont retrouvés avec un doigt dans le cul (passez moi l’expression)…  Par contre je suis toujours paralysé… Et ça, c'est loin d'être bon pour nous tous.

Le scandale est à son maximum, quand on se rend compte que cette technologie est d’un intérêt majeur, pour ne pas dire vital pour l’avenir de notre espèce, et qu’elle est paralysée par ces crapules et ce système de protection industrielle qui est une insulte aux droits de l’homme…

Là nous ne parlons pas seulement de violation des droits de l’homme, nous parlons de crime contre l’humanité !

Pourquoi des mots si durs ? Pour deux raisons en fait…

D’une part, car cette technologie nous offre une source d’énergie propre et renouvelable à l’infini pour moins cher que le charbon et d’autre part, c’est la seule technologie capable de prendre en charge le CO2 anthropique qui provoque le réchauffement planétaire et nous menace de « stérilisation carbonique ».

Et ce, que vous le croyiez ou pas, vous le constaterez en temps et heure, et ça ne sera plus long maintenant.

En sachant que le réchauffement planétaire coûte déjà la vie à 100.000 personnes par an et que la stérilisation carbonique nous menace tous d’éradication, parler de crime contre l’humanité est parfaitement justifié.

Bien sûr, vous n’êtes pas obligé de me croire et me prendre pour un dingue ou un paranoïaque… Pour un inventeur quoi !

Ceci dit, ce n’est pas moi qui ait fait voter des lois anticonstitutionnelles qui permettent aux experts en propriété industrielle tous les abus possibles sans aucune conséquence juridique… Ce n’est pas de la paranoïa, c’est juste la vérité… Et il faudrait être vraiment très stupide pour penser que de telles lois, aussi gerbantes, ont été votées pour que les dits experts  ne s’en servent pas…

Et ce n’est pas moi qui vais imposer aux Français une taxe carbone qui va vous coûter des milliards et mettre encore plus de gens dans la galère, alors que ma technologie existe…

C’est Mr Boorlo et Mr Sarkozy… La politique c’est vraiment moche, sérieux !

Non, ce sont ceux qui la font, qui sont moches... Désolé je n’aime pas l'hypocrisie !

En participant à des réunions d’inventeurs, j’ai découvert avec effroi que ces cas de spoliation et se genre de pratique scandaleuse et inique sont très loin d’être isolés, et que ce genre de crapule n’a aucune limite dans le sordide… Et ça va des menaces verbales de vous faire cramer vivant dans votre maison avec femme et enfant… Et jusqu’au kidnapping de votre petite fille à la sortie de l’école, pour vous inviter à être plus « réaliste », et il s’agit là de faits avérés qui sont réellement arrivés en France à des inventeurs.

Bien sûr, ces inventeurs n’en parleront probablement jamais publiquement, par peur des représailles, ce qui se comprend fort bien.

Messieurs les inventeurs, un responsable d’un service public m’a dit un jour : « si vous n’ avez pas 100 briques, ce n’est pas la peine de m’appeler ».

Et bien messieurs, si vous n’avez pas cette somme, il est inutile même d’envisager de déposer un brevet…  Si votre invention vaut peu ou rien, vous finirez SDF et si votre invention vaut beaucoup d’argent, votre vie et celle de vos proches pourraient être en danger…

Bienvenue dans le monde des inventeurs que des crapules immondes ont choisi pour nous. Et que ce système soit légalisé et même institutionnalisé n'y change rien... C'est un système abject !

En ce qui me concerne, ces crapules m’ont menacé de mort d’une façon quasi « innocente », avec une simple phrase qui devant un juge sera « discutable » et fera marcher à plein la présomption d’innocence des coupables et la présomption de culpabilité des victimes...

On m’a simplement dit : « Vous savez Mr Quéré, des gens qui disparaissent, il y en a tous les jours... » Ca fait gamberger une phrase pareille !

Ceci étant dit, ces crapules m’ont pourri la vie durant des années et je n’ai plus rien à perdre désormais…

Quant à disparaître, Mr Garnier est un spécialiste, il a déjà disparu sans laisser d’adresse ! Et à cause de lui et de ses complices, des gens qui vont « disparaître » à l’avenir, si je ne trouve pas un moyen de développer ma technologie, il y en aura beaucoup… Des milliards en fait…

 

Que vous me croyiez ou pas, à propos de la réelle menace du CO2 anthropique et de la « stérilisation carbonique » qui nous guette, m’importe peu, c'est la vérité, et le réveil sera brutal si nous ne nous y sommes pas préparés, je peux vous le garantir.

 

Inventeurs de tous pays, « bienvenue dans la réalité de la protection industrielle ! »

Sachant ces faits je vous conseille fortement de cesser de déposer des brevets d’invention, d’abord c’est une arnaque puisque légalement vous n’en avez nul besoin pour faire valoir vos droits ,et de plus en cas de problème, un brevet ne vous sert à rien sans moyens pour vous défendre.

 

De plus c’est un piège sans commune mesure où même les droits de l’homme sont bafoués en toute pseudo-légalité… Et inutile d’espérer un soutien quelconque si vous êtes victime de telles crapules… Vous serez seul, même les journalistes ferment les yeux et tournent la tête…

 

Vous êtes inventeur, si vous déposez un brevet, vous ne serez plus au mieux qu’une vache à lait, et au yeux de ces gens vous n’avez plus le droit d’être considéré comme un être humain.

 

Et bonne chance à tous, face au problème du CO2, on en aura tous grandement besoin.

 

Jean-luc Quéré

 

 

11/09/2009

Démonstration de ma technologie

 

Bienvenue dans la cinquième dimension... Ce que vous allez voir n'est pas senser exister !

Je préfère vous le dire car on me l'a tellement dit que parfois on peut se poser des question... En effet si on peut d'ordinaire croire ce que l'on voit selon une multitude de chimiste, physiciens, biologiste et un nombre encore plus incroyable de crétins de toutes sorte ce que vous allez voir n'existe pas et ne peut exister !

Il faut dire que si cela existait cela mériterait un prix Nobel de Chimie et un autre en physique !


De plus si cela existait ce serait un scandale, compte tenu du réchauffement planétaire et de la rarefaction des produits pétrolier de ne pas en parler non ?


Certains journalistes, après l'avoir vu de leurs yeux ont eut la franchise de me dire que si sa exister on en aurait déjà entendu parler et que donc... C'était une fumisterie !


Absurdité du raisonnement ou raisonnement par l'absurde ?


La question se pose...Clin d'oeil

 

 


Quoi qu'il en soit voici ce qui n'existe pas :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour information : Je suis invité a présenter ma technologie, qui ne devrait pas exister, de façon officielle lors d'une conférence internationale... Pour des raisons que je vous laisse imaginer je ne peux pas encore vous dire où cette conférence se fera ni même comment je m'y rendrais mais je ferrais mon possible pour mettre ma préstation en ligne dans les jours qui suivront...

 

Avantages de ma technologie :

 

- CAPTER le CO2 quelque soit le pH à température et à pression normales avec une efficacité très importante (ici à 80% mais j’ai atteint les 97% d’épuration et sur un mélange gazeux à 60% de CO2).

 

- Exploiter le CO2 dans un cycle du carbone artificiel à des fins de production d’hydrogène et d’électricité, permettant d’exploiter le CO2, aujourd’hui polluant majeur et véritable menace planétaire, comme un vecteur énergétique, via un cycle du carbone artificiel dont cet appareillage est l’embryon est la clef de voute technologique, en donnant ainsi accès à l’humanité à une source d’énergie propre et renouvelable à l’infini et à un coût inférieur au charbon.

 

- Permettre une transition douce de l’économie pétrole à une économie hydrogène : ma technologie permet d’obtenir de l’hydrogène à l’état natif, directement exploitable comme source d’énergie contrairement à toute autre méthode contemporaine de production d’hydrogène où ce dernier est un vecteur énergétique et ne peux en aucun cas être considérer comme une source d’énergie.

 

- Créer des millions d’emplois nouveaux à travers le monde et relancer l’économie mondiale…

 

Mr Obama en a rêvé pour l’avenir de l’économie américaine, à grand renfort de milliards injectés dans la recherche américaine…

Moi je l’ai fait, en France, sans moyens, et avec des dizaines d’imbéciles pour me tirer dans les pattes et des crapules pour pseudo-associés qui sont allés jusqu’au bout de leur ignoble chantage d’abandonner les brevets, pour me contraindre à l’esclavage à vie… Brevets qui, comble du grotesque, furent déposés sans mon concours, dans mon dos et donc sans mon savoir faire par Mr Nithardt, agent expert aux brevets peu regardant, mandaté par ces crapules, avec la complicité passive d’organisme comme l’INPI ou l’OEB senser protéger les inventions et le suppose t’on à tord les inventeurs et donc, comble du ridicule et du scandale, ces brevets  n’ont aucune valeur hormis celle de me paralyser en France et peut être ailleurs et me contraigne à ne vous montrer que ce qui fût déposer pour éviter toute divulgation…C'est d'ailleurs la raison pour laquelle cette vidéo ne fut pas mise en ligne plus tôt puisque j'ignorais tout de ce qui fût déposer dans mon dos et que je n'ai eut accès à la partie technique du brevet que le 15aout dernier après sa publication au journal officiel ! Scandale quand tu nous tiens... Et Mr Nithardt se cache encore derrière sa pseudo-déontologie pour me dissimuler toutes les pièces !


La pourrititude c'est vraiment quelque chose !

 

Les dirigeants Français semblent s’en foutre (On m’a même conseillé de quitter le pays !) et préfèrent imposer mes concitoyens les plus pauvres avec une taxe CO2 (qu’ils seront les seuls à payer) et semblent bien décidés à me laisser quitter le territoire…

 

Bon, voyons si j’interprète bien la situation : on me pousse donc à choisir entre un exil à grands coups de pieds au cul ou à devenir clochard dans ce beau pays qu’est la France en me forçant ainsi à regarder ma planète se dégrader sans rien faire… Le choix semble cornélien !En pleurs

 

 

Maintenant la question qui me rend malade car sa dépasse ma logique et ma capacité de compréhension du genre humain c’est pourquoi ces pourris, qui m’ont déjà rouler dans la farine et ce sont approprié plus ou moins légalement 50% des droits aux brevets plutôt que d’être juste correct et enfin correct dirais-je préfère soutenir une crapule déjà partie sans laisser d’adresse et qui va aller au bout de son ignoble chantage en abandonnant les brevets ce qui va leurs faire perdre tout l’argent qu’ils ont donner à cette crapule ?

 

Car soyons franc cette technologie va peser des centaines de milliards d’euros et 50% des droits pour être honnête une fois dans leurs vie c’est pas cher payer non ?

 

Apparemment sa les dépasses, ils préfèrent tout perdre plutôt que d’être honnête et correct…

Moi je ne me mettrais pas en position d’esclavage pendant 20 dans l’hypothèse hypothétique qu’un jour, peut être, ils respecteront enfin leurs engagements alors qu’ils continuent encore et toujours de se torcher le cul avec leur contrât… Ils ne veulent pas comprendre leur intérêt… Tempi !

 

Bah… Vous connaissez la petite histoire du scorpion et de la grenouille ?

 

Un scorpion voulait traverser la rivière mais ne sachant pas nager il demanda à une grenouille de le faire traverser sur son dos… La grenouille bien que réticente à rendre service au scorpion fut convaincu par ce dernier quand il lui dit que si il la piquait il finirait lui aussi au fond de la rivière…

La traverser commença donc… et se passa sans encombre jusqu’au milieu de la rivière ou, le scorpion piqua la grenouille…

 

La grenouille étonnait lui dit : Pourquoi ? Toi aussi tu vas mourir !

Et le scorpion répondit : Je le sais bien et il ne faut pas chercher à comprendre ma pauvre amie… C’est dans ma nature je n’ai pas pu m’en empêcher…

 

 

Et bien mes pseudo-associés c’est pareil, c’est pas dans leurs intérêts mais c’est dans leur nature…

Ils sont pourri jusqu’à la moelle et ils ont pas pu s’en empêcher…

Et sa ne sert à rien de chercher à comprendre de tel crapule il faut juste les éviter comme la peste…

Ils sont pourri par leur cupidité et à la première occasion ils vous causeront du tord car c’est dans leurs natures…

La pourrititude c’est une maladie grave pour laquelle il n’y a pas de traitement…

 

Evitez les et laisser les entre pourris si vous ne voulez pas finir comme la grenouille !

 

Faite passer le relais...

 

Chacun sa route, chacun son chemin... Passe le méssage à ton voisin !

 

 

 

27/08/2009

scandale du CO2 et de l'innovation en France

 

Avant toute chose il est à signaler quelques chose d’assez incroyable… Des lecteurs remettent toute mon histoire en question à cause de mon orthographe ! La question qu’ils se posent c’est ''Comment un individu aussi intelligent peut-il faire autant de fautes ?'' Et la réponse c’est que forcément ce n’est pas possible et donc mon histoire… Faut il être prétentieux quand même pour oser croire que sous prétexte que quelqu’un est intelligent, celui-ci doit être doué pour tout !

99% de la population Mondiale ne parle pas Français… Est-ce que cela veut dire qu’ils sont tous stupides ? Un peu de modestie aux francophones s.v.p…

J’aimerais vous expliquer pourquoi dans ma jeunesse j’ai fait un tel blocage sur l’orthographe, ce qui est resté,  mais on me taxerait encore de me disperser… Alors…

Certains lecteurs de ce blog me taxe d’être difficile à comprendre, taxent mes textes d’être limite orduriers et truffés d’insultes… Tout ceci est sûrement vrai mais comme ce blog est une lettre ouverte à tous et à toutes et surtout à ces crapules qui me pourrissent la vie depuis des années pour pouvoir se mettre en position de me spolier davantage que ce qu’ils ont déjà fait… Qui pratiquent en France et peut être ailleurs et en toute impunité l’esclavage, des abus de toutes sortes (chantage, abus de confiance, dissimulation, menaces et j’en passe !), qui m’ont complètement ruiné et tout ça pour avoir toujours plus… Et avec un résultat nul car je ne céderai plus jamais à leurs ignobles chantages… Lesquels chantages me conduiraient sans aucune contre partie et de façon plus qu’évidente compte tenu de mon expérience avec ces individus à être leur esclave durant au moins les 20ans à venir ce qui ne m'intéresse guère et vous le comprendrez aisément.

J’ai essayé je vous assure de discuter avec ces êtres méprisables, de trouver un compromis et à plusieurs reprises et à mes seul dépends afin de débloquer la situation et à chaque fois pour toutes réponses, abus de confiance et foutage de gueule… C’est épuisant des gens si malhonnêtes.

 

Aujourd’hui nous en sommes où ?

 

Le gérant auto-proclamé par chantage et différents abus de confiance et qui continue de se torcher le cul avec ses engagements et obligations, soutenu par tous ses associés sans qui il n’a aucune légitimité et que l’on peut donc qualifier à juste titre de complices est parti sans laisser d’adresse…

Ces associés aimeraient faire croire que ce conflit se limite à moi et Finercor et qu’ils n’y sont pour rien… Eux qui ont acheter des morceaux de mon invention à ce Mr Garnier pour 125000 euros dans mon dos, en rupture de contrat et qui se présentaient jadis comme des victimes de celui qu’ils soutiennent tous aujourd’hui… Mr Garnier, gérant ne donnant aucune nouvelle depuis février 2008 et qui est parti sans laisser d’adresse ! Je pourrais vous dire qu’il me doit encore 85000 euros d’investissements auxquels s’ajoutent les frais de brevets et d’expertise dans le cadre de ces engagements initiaux et qu’il a laissé des ardoises très importantes un peu partout (Il doit dans les 10000 euros au cabinet aquinov et autour de 15000 aux cabinets Breese et Darembure), tout ça mes pseudo-associés le savent mais ils le soutiennent envers et contre tout. Et quand je parle d’esclavage c’est la vérité, moi je suis Rmiste et depuis des années, à mes frais, je travaille sans la moindre forme de rémunération en subissant les pressions et les chantages de cette crapule et de ces complices tandis que lui a réellement encaissé 125000 EUROS sur ma seule affaire dans le même temps… Versés par ses complices qui on dû y trouver leur compte (via fuite de capitaux, blanchiments d’argent ou magouille fiscale même si je ne peux le prouver) sinon ils n’auraient aucun intérêts à le soutenir au point d’en perdre leurs investissements !

Je n’ai toujours aucune réponse d’aucun de ces individus à mes innombrables mails, pas plus qu'aux recommandés que je leur ai envoyés et ce depuis que leur dernière tentative d’abus de confiance en janvier dernier soit tombée à l’eau…  Et il y a bien eu quelques essais d’intimidation et de manipulation mais quand la corde est usé ça ne mène plus à grand-chose vous le savez bien…

Bien sûr ils m’ont fait chanter : Ou je cédais à leur chantage en leur communiquant tout afin de pouvoir me spolier ou de ce mettre en position de me spolier (comme si on pouvait mettre 10ans de sa vie sur la table ou le griffonner sur un bout de papier de façon clair et à plus forte raison des choses extrêmement complexes qui sont dans ma tête et qui ne sont même pas sensées exister…) et ainsi m’empêcher à titre définitif de pouvoir me défendre et pour continuer en toutes impunité leurs saloperies qui m’ont conduit à être un assisté social au RMI, un parasite de la société pour ces gens là à les écouter, une victime de leur action à mon sens ou bien, en rupture de contrat ils abandonnaient les brevets et les font tomber sans même m’en avertir dans le domaine public… Ce qui semble être le cas, même si n’ayant aucune information depuis près de 2ans hormis des menaces qui s’apparentent à des intimidations c’est difficile à affirmer avec toutes les dissimulations dont je fais l’objet...

 

Les recours en justice sont court-circuités : Ils m’ont complètement ruiné et une affaire en propriété industrielle outre le fait de ne pas donner droit à l’aide juridictionnelle, coûte une fortune… Un avocat spécialiste me demande la bagatelle de 25000 euros juste pour regarder le dossier et m’annonce clairement qu’outre le fait qu’obtenir une décision de justice  pourrait prendre des décennies et que même si un tribunal statue, faire appliquer une décision de justice Française à l'étranger, y compris en Europe peut prendre encore plus de temps… Le Gérant imposé au dernière nouvelle étant en Espagne et ne répondant ni aux mails, ni au téléphone et les recommandés revenant avec la mention n’habite pas à l’adresse indiquée, une telle procédure en dehors de me ruiner encore plus ne mènera de toute évidence à rien… Déni de justice plus que flagrant ou comment se mettre au dessus des lois ? La justice des riches et celle des pauvres quoi… Vive la Justice… Vive la République… Vive la France ! Comme disait le Général…

Ses associés, Mr Protain par exemple, qui lui, me promettait son soutien naguère pour m’inciter à signer un contrat de copropriété normalisant des cessions illégales et tous les autres associés le soutiennent sans le préciser par écrit après avoir versé à cet escroc plus de 125000 euros à ma connaissance (confère les actes de cession illégale et qui me furent dissimulés pendant des années avant de m’être imposés par chantage) alors qu’ils savent pertinemment qu’il est en train de mener à bien son ignoble chantage avec leur complicité et celle de Mr Nithardt agent au brevet et que tous leurs fonds seront perdus… Mais ce ne sont pas des complices non… Ils aiment juste donner de l’argent à un escroc et le jeter à la poubelle en le soutenant… Je vous l’ai dit, ils ne sont pas normaux ces gens là mais on ne sait pas tout…

Depuis plusieurs mois maintenant je dénonce via ce blog les agissements de ces criminels en cols blancs et de tout ce système qui fragilise les inventeurs indépendants et apporte une forme de complicité passive à des êtres aussi sordides.

Je ne reviendrai pas ici sur les dysfonctionnements des nombreux organismes publics qui confinent à la complicité et qui m’ont conduit à rencontrer cette crapule de Mr Garnier, lequel m’a quand même été présenté par le biais d’une structure publique qui accueillait dans ses propres locaux une société écran (Segitech) de cet individu dont la gérante est sa femme et n’ayant aucune activité propre et qui n’est en fin de compte qu’une boîte au lettre servant à piéger des inventeurs…

Je ne reviendrai pas ici sur l’INPI qui a accordé un brevet dont je suis le seul inventeur à une société étrangère sans aucune vérification sur les droits de cette société, pour encaisser son chèque alors que j’avais signé un contrat avec une société Française qui a disparu du dossier avant même d’avoir déposé le brevet sans que j’en soit même informé avant des mois et ce en rupture de contrat rendant ainsi possible les innombrables abus (esclavage, cession illégale, peut être aussi blanchiment d’argent et fuite de capitaux hors de France…).

Et je ne jette pas la pierre qu’à l’INPI, l’OEB a fait de même et il est probable que pour toucher leurs chèques ce genre d’organisme à travers le monde soit peu regardant sur les droits des inventeurs… D’ailleurs ils existent pour la protection industrielle et en aucun cas pour la protection des inventeurs… Lesquelles si ils sont spoliés doivent avoir recours aux tribunaux compétents et engager un marathon de plusieurs décennies pour leur plus grande ruine qui ne conduira à rien d’autre comme vu plus haut. Et vu les tarifs que ces organismes pratiquent, ceci ressemble plus à un racket organisé qu’à un système assurant réellement la protection des inventeurs et des inventions, lesquels inventions peuvent être déposées, incomplètes et sans le concours de l’inventeur sans que personne ne soit choqué d’une situation aussi scandaleuse... Ce qui fut le cas, grâce à la complicité de Mr Nithardt, expert en propriété industriel, lequel, comble du sordide et pour se justifier le reconnait dans ce mails :

De : Roland Nithardt [mailto:roland.nithardt@nithardt.ch]
Envoyé : mardi 17 février 2009 09:08
À : QUERE JEAN LUC
Objet : Re: APPEL DE CE JOUR

 

Monsieur Quere, Bonjour

Il m'a été rapporté que vous avez harcelé à plusieurs reprises mes collaboratrices du Cabinet Nithardt et Associés SA de Mulhouse.

Je me permets de vous rappeler que le mandat de gestion de brevets qui vous concerne a été confié à la société Cabinet Roland Nithardt, Conseils en PI , SA qui se trouve à Yverdon les Bains en Suisse, et que le Cabinet de Mulhouse n'est ni en droit de vous répondre et en outre ne connait pas les dossiers.

Ce mandat  a été confié au Cabinet par Monsieur GARNIER qui représente l'ensemble des copropriétaires dont vous faites partie, selon des accords qui ont été signés entre vous. En conséquence, en raison des obligations déontologiques qui sont imposées à notre profession, nous ne pouvons répondre qu'aux personnes habilitées, en l'occurrence Monsieur GARNIER.

Je vous signale que, contrairement aux affirmatiopns insensées que vous divulguez, mon Cabinet communique très bien et très facilement avec Monsieur GARNIER, qui n'a pas disparu sans laisser d'adresse, comme vous le prétendez stupidement sans avoir fait une quelconque vérification (comme je vous ai conseillé de le faire, si vous ne faites confiance à personne !).

Je vous demande avec insistance d'arrêter de harceler mes collaboratrices et de nous menacer sans aucune raison puisque nous avons effectué le travail qui nous a été confié avec professionnalisme, même en l'absence de toute coopération efficace de votre part.

Je vous demande de ne pas dépasser certaines limites dans vos agissements épidermiques, parce que je serais tenté de déposer une plainte pour diffammation à votre égard.
SAentiments distingués

Roland Nithardt

 

Et j’ajouterais même et surtout en l’absence de toute coopération de ma part, moi, le seul inventeur… Faut en avoir pour être aussi abject mais ceci démontre bien qu’il a osé déposer moyennant finance un brevet dans mon dos dans des conditions telles que sa déontologie lui interdit de m’informer mais qui doit donc l’autoriser à déposer un brevet dans le dos des inventeurs et en abusant de leurs confiances ? J'attends une réponse du CNCPI (Conseil de l’ordre Français des experts en propriété industrielle) à cette question… patience.

Et comble du sordide de cette crapule il me menace de porter plainte pour diffamation à son égard si je dépasse certaine limites… Ce blog en étant de toute évidence une il m’a confirmé il y a déjà un mois qu’il déposerait plainte… Le temps bien sûr de monter le dossier… Il lui faudra encore un peu de temps pour trouver des arguments à me reprocher tout en essayant d’expliquer de façon pseudo-honnête ses abus de confiance et de position envers moi et ses dissimulations qui confinent à la dissimulation de preuves mais que sa pseudo-déontologie lui autorise si je l’en crois… Patience donc…

Par contre, à titre gracieux ou moyennant finance et encore dans mon dos le brevet déposé en janvier 2008 sans m’en parler a été depuis profondément modifié en abusant encore de ma confiance lorsque j'essayais d’arranger les choses pour sauver ma planète et ainsi empêcher tout nouveaux dépôts à l’avenir alors que de toutes évidences les frais (taxes) relatifs au brevets ne seront pas payer par mes pseudo-associés en rupture de contrat et ils vont ainsi aller au bout de leur ignoble chantage après avoir neutralisé toutes possibilité de nouveaux dépôts, ce qui va foutre en l’air près de 10ans de ma vie et me faire perdre tout l’argent que j’y ai mis… Pourrititude quand tu nous tiens… Et pire encore, va profondément gêner  tout développement de cette technologie et mettre en péril la survie de l’espèce humaine et de toute forme de vie évoluée sur la surface de la Terre… La pourrititude c’est vraiment quelque chose d’extraordinaire…

 

Quand au gérant auquel il me renvoi, il est parti sans laisser d’adresse et je n’en ai aucune nouvelle depuis février 2008 en rupture de contrat mais il n’est plus a ça près... La pourriture c’est vraiment quelque chose d’incroyable... Et le comble du scandale c’est qu’aucune vérification n’a été faite par l’organisme impliqué (OEB), c’est à se demander si on leur a fourni des faux documents ou si pour toucher leur chèques ces organismes sensés protéger les inventions sont prêts à tout… La question se pose et dans tous les cas, c’est scandaleux et on doit en avertir les inventeurs, qu’au moins ils sachent où ils vont mettre les pieds avant de se ruiner.

 

Maintenant que mes textes soit limites orduriers à l’encontre de mes pseudo-associés est plus que probable mais si on doit parler avec correction à des gens corrects… On ne peut évidemment que parler en des termes limite orduriers à des…  (je vous laisse finir la phrase) 

Lesquelles de toutes façon ne comprenant pas la correction ne peuvent en aucun cas comprendre autre chose sans prendre tout signe de conciliation pour une forme de faiblesse et s’en servirent de façon systématique pour chercher à vous abuser davantage... Curieuse mentalité… Bah ! Faut pas chercher à comprendre des gens atteints de pourrititude avancée… Ils ne sont pas normaux ces gens là !

Et puis je n’ai ni la patience, moi qui fût naguère des plus patients, ni l’envie d’être correct avec ces gens là… Pour ce à quoi ça mène… La dernière fois ça m’a couter 2 ans de ma vie et 1500 euros et pour un RMISTE c’est une véritable fortune et ça m’a même coûté un boulot qui aurait pu me sortir de cette galère du RMI car en rupture de contrat ce Mr Garnier m’a imposer un RDV encore stérile pour m’abuser sans se soucier de mon emploi du temps et toujours avec mépris pour ses engagements contractuels… ayant du choisir entre ce RDV et mon travail j’ai fini par être viré… Normal vous me direz car c’était loin d’être la première fois…

 

Je pourrais parler de ce qu’ils m’ont fait subir durant des heures, ces gens là sont d’un sordide et d’une bassesse à faire vomir. Et le pire c’est qu’ils s’habillent en costume cravate et vous regardent de haut avec leur langage de la haute société… Moi, sérieux, si j’avais fait la moitié du quart du commencement de ce que ils m’ont fait subir à quelqu’un, je ne pourrais plus me regarder dans une glace sans me donner envie de vomir… Messieurs, vous êtes écœurants vous pouvez vous déguiser en gens présentables et faire bonne impression vous savez ce que vous êtes et je préfère être à ma place qu’à la vôtre car tout ce paie à un moment ou à un autre et comme je l’ai déjà dit à Mr Garnier, si Dieu existe, à votre mort je sais où sera votre place... Et je le confirme comme une évidence… Maintenant chacun vit avec sa conscience et ses croyances…

 

Bref, dans un des articles (j’accuse) je les accuse tous de crime contre l’humanité et de crime contre toute forme de vie évoluée sur cette planète et ceci n’est même pas exagéré.

Leurs agissements sordides paralysent ma technologie depuis près de 5ans maintenant or ma technologie est la seule à pouvoir inverser le processus de réchauffement planétaire et par effet papillon (confère théorie du Chaos) on peut considérer que par pure cupidité ces êtres méprisables sont co-responsables des effets toujours croissants des dégradations climatiques qui sont responsables de la mort de (déjà) 300000 personnes par an et d’un taux d’extinction d’espèces de 100 à 1000 fois supérieur à la normale… Et ce n’est malheureusement qu’un triste début…

Je m’explique :

Mine de rien l'humanité à émis en plus d’un siècle suffisamment de CO2 pour rendre l'air de la planète irrespirable et si nous vivons encore c'est grâce aux océans qui en absorbent en masse... Mais jusqu'à quand ?

Car cette réaction chimique de dissolution du CO2 par les eaux est réversible faut le savoir… Le jour ou les océans ne pourront plus capter tout ce CO2 il y a un risque énorme qu'ils relâchent tout le CO2 capté durant plus d’un siècle dans notre atmosphère de façon rapide et brutale ce qui aura pour effet d'éradiquer toute forme de vie évoluée à la surface de la terre et ce en quelques mois voire quelques années en provoquant une horrible maladie d’empoisonnement du sang aux CO2…
Ceci est connu par les spécialistes qui pensent que ce phénomène sera lent et s'étalera sur plusieurs siècles rendant impossible ce danger à court terme...

Ils ont tord. Le CO2 dont on parle (plusieurs centaines de milliards de tonnes) est issu du pétrole et produit dérivé et il a été retiré du cycle de la vie depuis des millions d'années…

Ces spécialistes s'appuient sur les connaissances que nous avons sur le CO2 observées dans le passé pour dire de telles affirmations or le CO2 anthropique n'a pas été en relation avec l'atmosphère et les océans depuis des millions d'années et depuis la vie a évolué avec des taux de CO2 très bas... La terre pouvait compenser un ajout de CO2 brutale et elle l’a déjà fait par le passé lors de grands incendies ou lors d’activités volcaniques mais le CO2 que nous émettons depuis un siècle  est très différents… Pas d’un point de vue chimique ni d’un point de vue biologique… Il est différent car en quantité monstrueuse et émit pendant une période très importante et sans aucune compensation en terme de biomasse…

Je m’explique encore… Dans le passé il y a eut des activités volcaniques qui ont émis du CO2 en importance… La vie a compensé dans les années qui ont suivi ce type de catastrophes pour absorber ce CO2 et les océans ont joué un rôle de régulateur…

De même, de gigantesques incendies ont dû se déclarer comme on en observe un peu partout encore aujourd’hui et libérer des millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère mais ceci étant ils libéraient aussi des surfaces très riches des cendres de ces incendies pour la végétations qui réparait les dégâts dans les décennies suivantes…

 

Aujourd’hui et depuis plus d’un siècle nous émettons des millions de tonnes de CO2 chaque jour, des centaines de milliards de tonnes chaque année sans aucune compensation en terme de biomasse… Bien sûr la végétation a été dopée par cette excès de CO2 mais nous coupons nos forêts à un rythme effréné ce qui rend cette compensation végétale quasi neutre voir déficitaire…

Bien sûr et heureusement les océans de la planète qui représentent en superficie les ¾ de notre monde ont joué leur rôle de régulateur sur le CO2, et maintiennent depuis plus d’un siècle et malgré nos émissions toujours plus croissantes de CO2 un taux de CO2 suffisamment bas pour protéger la vie mais… Car il y a malheureusement un mais ce mécanisme chimique de dissolution du CO2 à une limite et il est réversible.

Avant toute chose un cours élémentaire de la chimie du CO2 :

 

Le CO2 est un anhydre d’acide, c’est un gaz à température ambiante qui en se dissolvant dans l’eau forme un acide, l’acide carbonique, qui lui-même se décompose en hydrogénocarbonate puis en carbonate  selon :

CO2 + H2O (-----------) H2CO3  (----------------) HCO3-   et H+  (----------------) CO32-  + H+

 

Ces réactions sont réversibles c’est à dire que si le CO2 en présence d’eau peut former de l’acide carbonique qui lui-même étant instable peut relâcher un proton (acide H+) et devenir un hydrogénocarbonate (HCO3-), puis en bicarbonate (CO32-)  les réactions inversent se font tout aussi facilement ; ainsi les hydrogénocarbonates en présence d’acide forme de l’acide carbonique qui lui-même peut se retransformer en CO2 gazeux…

 

A cause de ce mécanisme de réversibilité le CO2 ne peut se dissoudre qu’à certain pH (Considéré supérieur à 6,8 ).

Maintenant la disparition d’une ou plusieurs de ces molécules peut déplacer ces mécanismes vers l’un ou l’autre de ces composés dans la limite de certaines constantes (solubilité et précipitation)…

 

Ainsi si par la présence d’ion OH- les ions H+ disparaissent du système, on pourra dissoudre encore et toujours plus de CO2.

Par contre dans un milieu acide (avec ion H+ en excès) les ions HCO3- vont se transformer en acide carbonique puis en CO2 ce qui empêchera toute dissolution du CO2 d’où la nécessité d’avoir un milieu basique ou neutre sinon le CO2 même si il se dissout est libéré aussitôt formé par action des acides sur les hydrogénocarbonate… Et ceci bien évidemment selon les connaissances actuelles…

Ma technologie exploite d’autre possibilité pour réaliser ce qui est impossible selon ce que je viens de dire mais j’y reviendrai plus tard.

Le CO2 a joué un rôle prépondérant et joue encore un rôle majeur dans la vie.

Inutile de vous rappeler sont rôle majeur dans la photosynthèse ?

Sans CO2 il n’y aurait pas de photosynthèse telle que :

 

(CO2)n +( H20)n + n énergie lumineuse --------------------)  (CH20)n  +  nO2

 

n étant un nombre de fois et le composé noté par facilité (CH20)n étant des oses ou hydrate de carbone, composé sous multiple formes en fonction du nombre n (glucose, fructose…) et de différents paramètres physiques dont on se moque ici.

Ceci étant exposé, pour bien montrer le rôle essentiel du CO2 dans la photosynthèse afin que les plantes puissent produire les sucres sous différentes formes qui sont la base alimentaire de tous les êtres vivants via la chaine alimentaire (hormis une forme de vie découverte au large du japon mais je ne dois pas m’égarer...).

 

Maintenant si le CO2 joue un rôle prépondérant dans la photosynthèse, il joue un rôle tout aussi prépondérant dans la respiration de tous les organismes (sauf ceux au large du japon mais on commence à peine à se pencher sur ces organismes et ce n’est toujours pas l’objet).

Parlons de vous et de votre respiration… Savez vous pourquoi vous respirez ? Je sais ça à l’air d’une question stupide… Pour vivre évidemment !

Mais plus encore pour que votre sang puisse apporter à vos cellules de l’oxygène qui va servir de comburant dans les réactions chimiques qui vont permettre à votre corps de pouvoir fonctionner… Et ainsi de rejeter du CO2 via votre sang et vos poumons en sens inverse à l’oxygène…

Selon en résumer :

 

Hydrate de carbone + O2 -----------énergie ---------) CO2 + H2O en simplifiant beaucoup

 

Ce qui énonce une nécessite à laquelle on ne prend garde c’est que l’acte de respirer impose 2 impératifs… Capter de l’oxygène et rejeter du CO2… Car si nous pouvons respirer c’est que nous captons de l’oxygène et aussi que nous pouvons rejeter du CO2 et ceci bien qu’évident est rarement pris en compte.

Si nos cellules ont accès à de l’oxygène mais ne peuvent rejeter le CO2  ce qui arrivera si le taux de CO2 dans l’air devient trop élever elles vont mourir par asphyxie tout aussi bien que si elles manquaient d’oxygène… Plus le taux de CO2 augmentera et plus les dégâts sur nos corps seront important…  Jusqu’à la mort… mort peu réjouissante, si il en est, car pouvant trainer en longueur avec des pertes de certain membres les plus éloigner du cœur et donc alimentés par un sang surchargé en CO2…

Que les soit disant experts du climat soient dépassés et disent des conneries comme on le lit souvent sur les forums et autres articles c'est une évidence... Le CO2 anthropique a de lourdes conséquences et son taux dans l'atmosphère, relativement bas (400ppm environ) n'est pas le seul impact qu'il a... LOIN DE LA !
Les experts parle d'un doublement du taux de CO2 dans l'air pour expliquer le réchauffement planétaire mais le CO2 n'agit pas seulement sur l'air... Depuis plus de 100ans nous émettons chaque années des milliards de tonnes de CO2, des centaines de milliards de tonnes de CO2... Pourtant le taux de CO2 dans l'air reste toujours très bas (400ppm) alors qu'avec tout ce qu'on a émis son taux dans l'air devrait avoir tué toutes forme de vie évoluée sur la surface de notre Terre et nous avec.

Si nous sommes toujours en vie c'est que les océans, immense éponge à CO2 en dissolvent des quantités gargantuesques... La chimie des océans a dû considérablement changer au cours du siècle passé et il est de notoriété que les océans aussi ont un impact important sur le climat (ex du gulf stream).

Les glaciers sont en recul partout sur la planète... L'arctique fond si vite qu'il n'y aura probablement plus de banquise en 2015/2020.

Maintenant la principale menace du CO2 anthropique n'est pas le changement climatique...

Les océans ne vont pas pouvoir absorber tout ce CO2 plus longtemps.

Y a des limites à tout et des rapports tombent confirmant que les océans captent de moins en moins de CO2. Le risque majeur c'est que les océans cessent de capter le CO2, car outre le fait que nos émissions vont s'accumuler dans l'atmosphère et ainsi accentuer le réchauffement climatique, l'augmentation de la températures des eaux et son acidification  risquent d'amorcer un relargage monstre de CO2... Ceci est connu par les scientifique qui pensent que ça prendra plusieurs siècles... Mais comme je l’ai déjà dit, ils font erreur à mon sens, ce relargage monstre (et on parle en centaine de milliard de tonnes) pourraient bien au contraire être très rapide par des mécanismes d’auto-amplification (plus de CO2 dans l’air égal plus de chaleur au niveau des eaux de surface égal plus de CO2 émis) et pourrait atteindre des conséquences critiques et incontrôlables non pas en plusieurs siècles mais en quelques mois jusqu'à rendre irrespirable notre air et menacer d'extinction toute forme de vie évoluée à la surface de la planète.

Les signes avant coureurs de cette libération monstre de CO2 sont déjà observables mais encore faut il savoir où regarder dans le flot d’information dont on nous accable :

-Libération de méthane gelé depuis des millions d'années par augmentation des températures des océans…

- Disparitions des coraux pour exemple criant par acidifications des océans par le CO2...

-Ralentissement des capacités de captation du CO2 par les océans...

-Réchauffement des eaux de surfaces…

 

Le jour où les océans ne pourront plus capter de CO2, l’inversion du système va s’enclencher… Déclenchant une libération monstre du CO2 anthropique…

Je rappel que cette libération monstre de CO2 sera incompatible avec les formes de vie les plus évoluées, l'air deviendra irrespirable et toute forme de vie incapable de s'adapter à ces nouvelles conditions en quelques mois sera purement et simplement éradiquée…

Ceci est effrayant mais c’est seulement la vérité aussi cru soit elle et j’espère ne jamais voir et vivre cela... Maintenant il y aura toujours des imbéciles pour vous dire que la Terre n’a jamais connu ce phénomène et que sa n’arrivera pas… Et ils auront raison en partie… Ce CO2 anthropique étant bloqué sous forme d’hydrocarbure depuis des millions d’années effectivement la terre n’a jamais connu ça mais ça risque de changer sous peu  ne vous déplaise…

Maintenant soyons honnête, ce mécanisme, même si c’est dur à accepter semble s’amorcer et si ma technologie n’est pas suffisamment développée avant ce relargage monstre du CO2 par les océans rien ne pourra endiguer cette catastrophe.

 

Pourquoi ma technologie serrait seule capable d’endiguer cette catastrophe ?

 

Pour plusieurs raison en fait :

 

                                   -D’une part ma technologie a une capacité de captation/dissolution du CO2 absolument époustouflante estimée à au moins un milliard de fois supérieur à un mécanisme de dissolution naturelle par l’eau. Plusieurs millions de fois supérieurs à celles de toutes les technologies de captation du CO2 existantes que ce soit du projet castor ou de CO2 solution.

 

                                   D’autre part ma technologie s'affranchit des contraintes physico-chimiques inhérentes aux propriétés du CO2… Par exemple ma technologie peut dissoudre du CO2 en milieu très acide et en quantité monumentale ce qui nous offre la possibilité d’avoir accès à une source d’énergie propre, renouvelable et en quantité illimité...

Une des technologies dérivée nous permet ainsi en exploitant cette propriété d’obtenir par action du CO2 sur l’eau et par des procédés chimiques sur lesquels je ne m’étalerai pas d’obtenir donc de l’hydrogène à l’état natif…

 

Or vous n’êtes pas sans savoir que le frein le plus important au développement-de l’économie hydrogène qui est tout de même bien développé  (pîle à combustible, véhicule électrique, turbine thermique) est que l’hydrogène est aujourd’hui un vecteur énergétique… A savoir que nous avons besoin d’énergie fossile (Charbon, méthane, pétrole) pour le produire… Ce qui d’un point de vue énergétique et économique est quasi neutre et d’un point de vue environnemental est inintéressant...

Ma technologie inverse toute la donne, car permettant de produire de l’hydrogène natif, directement exploitable comme source d’énergie sans apport d’énergie fossile et donc sans émissions de CO2… Dans ma technologie l’hydrogène n’est pas un vecteur énergétique mais une source d’énergie propre et renouvelable à l’infini et le CO2 n’est plus le déchet ultime si encombrant que l’on va nous taxer pour notre plus grande ruine mais devient un vecteur énergétique à haute valeur ajoutée ce qui pourrait doper l’implantation de ma technologie au niveau industriel de façon mondiale et nous aider à répondre à deux problèmes majeurs…  Un besoin toujours croissant d’énergie et une problématique émissions toujours croissante de CO2 qui est désormais devenu un problème quasi vitale pour notre monde…

Pourquoi payer des millions,voire des milliards de taxe sur un déchet (le CO2) alors qu’il peut servir de vecteur énergétique et générer des millions voire des milliards de chiffre d’affaires et créer des millions d’emplois à travers le monde ?

Le problème évidemment c’est que moi et ma technologie nous sommes coincés par ces crapules et ce système à la con depuis 5ans et que je n’y peux rien à part râler et hurler mon désarrois et ma rancoeur sur ce blog … Scandale quand tu nous tiens !

 

Le gouvernement Français est informé mais ne fait rien… Certains internautes pensent que c’est parce que je ne suis pas pris au sérieux… Enfin, simple remarque mais avant de penser à taxer les foyers les plus pauvres d’une taxe aussi inique et qui ne changera rien au niveau écologique on vérifie normalement toutes les possibilités alternatives ce qui ne fut pas fait dans mon cas et malgré mes propositions de démonstration…

De plus Mr Protain prétend être l’ami de Mr Boorloo, ministre de l’écologie, de l’énergie et du développement durable,  et peut être que ce dernier, par amitié pour cette crapule préfère vous faire payer une taxe inique plutôt que de faire éclater ce scandale… Tout est possible non ?

Moi je croyais bien impossible en France certaine chose et j’ai appris à mes dépends que c’était possible malgré tout :

 

                        -Que la protection industrielle, en France comme ailleurs est une fumisterie monumentale visant à fragiliser les inventeurs indépendants ce qui permet au gros groupes où des  individus mal intentionnés de faire à peu près tout ce qu’ils veulent en toute impunité…

On parle de chantage, d’ intimidation, de menace de morts, de menace de kidnapping, menace de torture, d’abus de confiance… Et  contrairement à ce que l’on pourrait penser après avoir rencontré plusieurs inventeurs ce genre de pratique sont plus que courantes dans le milieu de l’innovation et comme elles sont faites par des gens connaissant très bien les lois, sans témoins, ni preuves bien évidemment, elles sont sans aucun risque pour ces crapules… Et certaines crapules vont très loin… Un ami de galère lui aussi inventeur de plus de 80ans il y a moins d’un an s’est vu menacé de faire brûler sa maison et sa femme avec si il ne donnait pas tout sont savoir faire... Heureusement il a les moyens de se défendre mais ça lui a coûté plusieurs milliers d’Euros de frais d’avocat pour de se dépêtrer de ses crapules…

Mais le sordide ne s’arrête pas là, on m’a relaté l' histoire d’un homme qui ayant refuser de vendre pour un euro symbolique son invention a vu sa fille de 6ans disparaitre à la sortie de l’école alors qu’il venait la chercher… Après quelques minutes d’angoisse son « acheteur » l’a appelé pour lui dire qu’il était très dangereux de laisser une aussi jolie petite fille trainer dans la rue avec tout ce qu’on voyait et qu’il s’était permis de la raccompagner jusqu’à son domicile et pour finir de renchérir : êtes vous sûr de ne pas vouloir vendre ? Intimidation à peine voilée mais aucun recours possible… On n'envoie pas en prison un bon  samaritain voyons !

Pour info il l’a vendu et fissa…

 

Voilà comment on traite les innovateurs en France et ça doit être pareil ailleurs ceci dit…

 

-Que l’INPI (Institut National de la Propriété industrielle), annonce clairement la couleur comme l’OEB (Office Européen des brevets ) à savoir qu’ils s’occupent des brevets et que les inventeurs c’est pas forcement leur problème… En gros vous devez payer pour pouvoir dire que c’est à vous et c’est à vous tant que vous pouvez payer… Après vous perdez tout…

 

-De plus il n’y a aucune vérification, si l’inventeur se fait spolier, c’est à lui de le prouver devant des tribunaux ce qui coûte une fortune et peut durer des décennies…  d'où le déni de justice flagrant.

-De même vous pouvez déposer un brevet sur n’importe quoi et même dans le dos de l’inventeur…

La terra formation de Mars ? Allez y… le voyage temporel ? Allez y… la vie extraterrestre ? Un peu gonflé mais pourquoi pas… si des petits hommes verts débarquent un jour il faudra qu’ils vous payent des royalties ou vous devrez leur faire un procès… Sinon ils n’auront qu’à repartir…

La connerie humaine dans toute sa splendeur… Tiens ça aussi c’est une idée à breveter… Y a du fric à se faire !

 

Et puis quoi ? les grands groupes agro-alimentaires brevettent bien la vie pour vous la faire payer une fortune dans l’indifférence générale… Et ça marche alors pourquoi pas ?

Dans certains pays, ils attaquent même au tribunal des agriculteurs bio après avoir pollué leurs champs avec des semences transgéniques vendus par des distributeurs ou du pollen venant de champs voisins pour les faire casquer quand même, alors vous savez… Et pire, ils éradiquent l’air de rien ou tente d’éradiquer les espèces naturelles afin d’être les seuls à vendre les semences alimentaires par contamination génétique et les pays pauvres… N’ayant pas les moyens de payer les semences devront un jour crever de faim ou payer quand même… Au choix il payeront le semencier ou ils iront au tribunal… Et ceci est une réalité qu’on vous cache pour continuer les saloperies en toute impunité…

 

La connerie humaine dans toute sa splendeur…

 

Ceci existe pour témoigner que ces gens et organisations m’ont fait ça, et que si vous n’en parlez pas autour de vous ils le feront à d’autres sans l’ombre d’une hésitation comme ils l’ont fait avant moi.

Ceci existe pour vous dire que le pire arrive et qu’il faut s’y préparer pour éviter la pire catastrophe de tout les temps qui menace la survie de notre espèce mais aussi la vie telle qu’on la connait sur notre Terre et que nous avons des responsabilités auxquelles nous n’avons aucun droit moral de nous détourner.

Ceci existe pour vous dire que la solution existe, paralysée par des gens atteints de pourrititude avancée et chronique aidé en cela par un système à la con basé sur le fric, par le fric et pour le fric...

Maintenant en ce qui me concerne, ma situation se dégrade rapidement, je n’ai plus rien à perdre ayant déjà tout perdu mais je n’aurai désormais plus un accès internet me permettant de venir souvent répondre à vos questions et mes moyens et ma santé se dégrade aussi très rapidement maintenant mais je suppose que ça finit par être le lot de tous les exclus de nos sociétés quelques soit le chemin qui les conduit à être des laissés pour compte.

Atteint par un herpès de la corné, de toute évidence une maladie psychosomatique induite par ce que ces gens m’ont fait, qui me laissera des séquelles j’ai encore 3 mois de traitement.

Je vais essayer, très vite maintenant, de mettre une démonstration en ligne de ma technologie pour prouvez mes dires même si leurs actions sordides démontrent mes propos (On ne cherche pas à s'approprier ce qui n’existe pas) et puis je vais me retourner vers l'étranger pour éviter de devenir clochard en France n’ayant aucune alternative désormais ayant été complètement ruiné et en partie détruit moralement par ces crapules qui se font passer pour des gens bien.

Mesdames et messieurs je ne sais quand je pourrai revenir sur ce blog et je conclurai par des mots pleins d’ironie :

 

Vive la Justice, vive la République, vive la France !

 

02/05/2009

LE PIEGE...

Pour info, mes associés ont des "associés", que j'appellerai "victimes" en France, Suisse et Belgique.

 

Le PIEGE :

 

En novembre 2004 donc, je rencontrais Mr Garnier, représentant de la société Ségitech, accompagné d’un ami à ce Monsieur, présenté comme conseil technique et patron d’entreprise, et de Mme Wunenberger (chercheuse en chimie physique du centre de transfert de technologie Paul pascal du CNRS).

 

Ceci avait donc l’air des plus sérieux et j’ai exposé mon dossier après avoir fait remplir des accords de confidentialités et la réunion me sembla avoir été fructueuse.

 

Après maintes discussions et négociations au contrat très difficile, en janvier 2005, signature d’un contrat entre moi et la société SEGITECH basée sur le site unitec qui me fût présentée par Mr D (unitec).

 

En gros ce contrat prévoyait un investissement de Segitech à hauteur de 100 000 euros + frais de brevet et d’expertise en échange de quoi, je cédais 50% de mes droits sur brevet et Ségitech assurait la gestion et je gardais une capacité de blocage interdisant de vendre (total ou partiel) ou d’accorder de licence (totale ou partielle) sans mon accord (article 9), chose âprement discutée pendant 2 mois.

 

Avril 2005 dépôt du premier brevet à Paris par le cabinet Breese-derembure.

 

En juin, après de nombreuse demandes je recevais une copie partielle du dépôt du brevet déposé en avril 2005 et surprise la société Segitech n’apparaissait plus au profit de 2 sociétés FINERCOR SA (Espagne) et brevet et associé (France). impossibilité manifeste d’obtenir les actes de cessions malgré de nombreuses demandes par téléphone et mails.

 

Non établissement du contrat de copropriété en rupture de contrat.

 

Très vite il s’avéra que selon Mr Garnier, son financement dépendait d’un avis positif de sa consultante (Mme Wunenberger) et qu’il ne financerait rien tant qu’elle ne lui donnait pas un avis favorable. Mme Wunenberger quant à elle refusait de donner un avis favorable tant qu’il n’y avait pas plus d’éléments, ce qu’il était impossible d’avoir tant que Mr Garnier ne respectait pas ses engagements en ne finançant pas… Le serpent qui se mort la queue donc et moi, hé bien j’étais condamné à perdre mon temps et mon argent à attendre le bon vouloir de mes associés.

 

Entre janvier 2005 et juin 2006, hors financement du brevet, seules 2 expertises APAVE on été financées ( et encore la première fut payée avec près d’un an de retard pour pouvoir faire la deuxième).

 

En décembre 2005 je rencontrais Mme Braun, PDG de la société Aprim, consultant dont la fonction était de rechercher des prospects. Bien évidemment je n’ai pas eu accès au contrat qui la liait à la société Finercor ou Ségitech et je sus plus tard que comme Mme Wunenberger elle était payée en % des revenus à signature de contrat et que j’en payerai pour moitié contraint et forcé... Sympa !

 

Janvier 2006 réception d’un projet de contrat de copropriété et premier gros clash, ce dernier remettant en cause un certain nombre de points à mon désavantage et mettant mes associés en position de me spolier de tout. Rejet absolu.

 

Mme Braun joua un rôle de médiateur et nous permis de sauver la situation.

 

Mars 2006 second projet de contrat de copropriété, second clash avec un chantage pour m’imposer ce contrat contenant des closes abusives, entre autre :

 

 

- Une clause de décès à mon encontre spécifiant que dans l’hypothèse ou je venais à décéder tout mes droits aux brevets reviendraient à mes associés quelque soit les règles d’héritage que j’avais choisies.

 

 

En fait c’était plus subtil, je vous site l’article complet :

 

Article 8-Décès-liquidation judiciaire

 

En cas de décès de Quéré (c’est mon nom), sa part de copropriété devra être cédée aux autres copropriétaires, quelles que soient les règles d’héritage prévues et les autres documents éventuellement signés au profit d’autres héritiers.

Les copropriétaires bénéficiaires devront poursuivre l’exploitation au mieux et s’engagent à verser aux héritiers désignés dans la succession, la quote-part correspondante de tous revenus tirés de l’exploitation des brevets que ce soit des redevances ou une somme forfaitaire en cas de cession au prorata des parts au moment du décès.

 

Alors en résumer, ils n’auraient pas été mes héritiers , mais les dit héritiers était dans l'obligation de leur vendre mes droits aux brevets contre la somme qui me revenait au moment du décès, donc de leur propre argent… Avouez que comme arnaque, on fait difficilement mieux !

 

En ayant à peine la trentaine et de la façon dont c’était présenté je pense que si j’avais signé ce document je risquais fortement d’avoir un «accident» d’autant que selon un rapport d’expertise de la société Aprim, le marché potentiel de mon invention or filliaire énergie qui était alors une hypothèse (Mr Garnier refusant de financer sans le dire par son inaction le prototype de 2 000 euros) sur le seul traitement du CO2 représente un marché de 60 milliards d’euros sur le seul territoire Européen. D’autres sont morts par accident et autres pour beaucoup moins que ça, vous en conviendrez !

 

                                                               -Remise en cause des obligations financières qui devenaient « par magie » une avance remboursable, la société Finercor, je cite, n’étant pas un mécènne... Vu ce que ça me coutait en perte de temps et d’argent à attendre qu’il respecte leurs engagements et obligations financières je vous le confirme on était loin du mécénat mais on était très proche de l’escroquerie pure et dure avec des notions d’esclavage (je travaillais sans être payé mais à priori il ne gagnait rien lui non plus… ).

 

Sachant qu’à cette date (plus d’un an après signature), brevet et expertise confondus, donc en supplément des 100 000 euros initialement prévus, l’investissement de mes associés s’élevait à peine à 10 000 euros et que, je l’ai su plus tard, la majeur partie était encore impayée, c’était vraiment gonflé, vous ne trouvez pas ?

 

Il y avait bien d’autres points inacceptables dont, en autre choses, la remise en cause de l’article 9 si âprement discuté et qui interdisait à mes associés de revendre tout ou partie ou d’accorder de licence sans mon accord, ce qui semblait avoir déjà été violé (la société Segitech ayant disparu au profit de Brevet et associé et de FINERCOR SA) sans que je puisse le prouver car n’ayant pas accès aux actes de cession et Mr Garnier parlant de transfert à titre gratuit donc techniquement, ce n’était pas une cession… En résumé  ce Monsieur jouait sur les mots pour violer ses engagements et me refuser l’accès à tous documents pouvant prouver de façon formelle une quelconque malversation.

 

Maintenant le chantage, car il y eut bien chantage porté en résumé à me dire et m’écrire que si je ne signais pas ce documents le dépôt de Brevet PCT ne serait pas financé ce qui signifierait la perte de tout (Référence à brevet d’invention ou fumisterie organisée) et sachant que ceci me fut imposé moins d’un mois avant la date butoir, les possibilités de sauver le projet était quasi nulles...

 

Je leur ai fait (à lui et son conseil) justement remarquer que je n’avais pas à accepter des modifications unilatérales de leurs obligations contractuelles sous peine qu’ils menaçaient de ne pas respecter leurs obligations financières en cessant tout financement ce qui signait la fin du projet, et ce à juste titre, car déjà des prestataires de service me signifiaient des retards de paiements de la part du gérant et que le manque de financement était plus que palpable.

 

Ils finirent par céder et à défaut de signer un contrat de copropriété correct, on garda le statut quo et le dépôt PCT fut déposé en catastrophe (je vous passe les détails) et j’obtenais qu’enfin Mr Garnier respecte ses engagements et finance réellement ce projet.

 

Depuis Novembre 2004, en parallèle à cela je prenais contact avec le Pr G, un pneumologue réputé, enseignant chercheur à l’université de Bordeaux 2 croisé lors de mes études. Après avoir vu le rapport d’expertise de l’APAVE il accepta très gentiment de tester ma technologie sur la molécule de gaz de son choix avec son matériel sans aucun à priori (ça change des imbéciles qui se contentent de vous dire avec une suffisance hautaine que c’est impossible sans chercher à comprendre quoique ce soit).

Il fixa son choix sur le CS2, bisulfure de carbone, solvant industriel volatile utilisé surtout dans l’industrie informatique et ayant la fâcheuse propriété de passer dans le sang via les poumons et de ce concentrer dans le cerveau en causant de gros dégâts (ça le trou… C’est sympa non ?).

 

De part les faibles concentrations de ce polluant entre autres choses  (mesuré en ppb, partie par milliards), aucune technologie de filtration connu n’est efficace contre ce polluant à ses dire, et ceci est de nature à provoquer un scandale semblable à celui de l’amiante. Bien évidemment beaucoup le savent sauf ceux qui travaillent avec… Normal, les pauvres cons qui bouffent la merde en sont toujours les derniers informés (sinon ils ne la mangeraient pas, c’est logique !)

 

En décembre 2004, ma technologie de filtration fut testée sur ce polluant et les résultats furent des plus encourageant avec plus de 90% d’épuration.

 

Depuis, décembre 2004, je ne cessais de faire pression sur Mr Garnier pour nous rapprocher du Pr G et de l’université de Bordeaux 2 pour ne plus perdre de temps, mais avant signature du contrat c’était pas le moment et après, même si il me disait qu’il le ferait dans les faits il n’en fit rien jusqu’en juin 2006, tout comme l’envoi par mes soins (fax, mail, courrier) de devis d’un prototype de démonstration dès mars 2005 qui restèrent lettres mortes…

 

Juin 2006 financement d’un prototype (enfin !) + accord avec la faculté de Bordeaux 2 pour faire des essais sérieux. Moi sans aucune rémunération comme associé, je devais travailler à mes frais avec des moyens très limités, depuis la signature de ce contrat ma situation c’était dégradée et j’étais tombé dans le dispositif du RMI (revenu minimum d’insertion = 400 euros/mois), j’ai bien signifié à Mr Garnier à de nombreuses reprises que je ne pourrais plus poursuivre dans l’état, mais il n'en avait cure, il poussa le sordide jusqu’à me dire que dans le contrat il y avait une clause m’obligeant à être disponible et qu’il se moquait de mes petits problèmes.

Cette clause était détournée de son sens premier est correspondait à une interprétation abusive mais comme il me le fit remarquer par téléphone, je n’avais qu’à lui faire un procès (en étant Rmiste, je ne vous cache pas que ça m’était des plus difficile d’autant que les problèmes juridiques liés à la propriété industrielle n’ouvrent pas droit à l’aide juridictionnelle dans ce beau pays qu’est la France et c’est ainsi que j’apprenais à mes dépend que l’esclavage pouvait exister au pays des libertés et après ça on laisse nos dirigeants faire la morale à d’autres pays !.

De toutes façons, Finercor étant une société espagnole et de parts les lenteurs de la justice, il était intouchable car même condamné en France, faire appliquer une décision de justice Française même en Europe est un parcours du combattant qui laisse largement le temps aux escrocs et autre criminels de faire leur valise vers d’autres horizon…

Il faut le savoir, l’Europe s’est faite sur l’argent mais pas sur la justice…

 

Mais dans le genre enculé, vous reconnaitrez qu’on fait difficilement pire, d’autant qu’il ne finançait rien et que devant mon énervement à perdre mon temps, il a osé me dire que si ça ne me plaisait pas il me ferait perdre encore un an… (ce qu’il a fait avec une belle rallonge…).

Je ne vais pas m’étendre sur les répercussions que cette situation eut sur ma vie personnelle et que je vous laisse imaginer par pudeur personnelle.

 

Décembre 2006 Les essais furent concluant avec des réduction d’émission de CO2 supérieures à 80% et jusqu’à 97% avec un mélange gazeux contenant 70% de CO2, et une technologie de traitement du CO2 en continu avec production d’hydrogène fonctionnait à merveille comme prévu malgré un retard de livraison de certains matériels (des analyseurs furent livrés en retard et étalés jusqu’à janvier 2007 pour des raisons que je vous laisse imaginer… Et je ne serais en rien étonné d’appendre que tout ou partie de ce matériel attend encore d’être payé mais ceci est un autre problème) mais des analyses chimiques poussées restaient à faire (J’en avais fait un certain nombre avec les moyens du bord, qui confirmaient mes thèses mais il fallait aller plus loin) donc j’ai contacté avec le Pr G le Pr J chimiste à l’université de Bordeaux 2, un de mes anciens prof de fac.

 

Suite à cela, le Pr J se rapproche de la cellule valorisation de l'université et je découvre par effets domino que les accords avec la faculté passés entre Mr Garnier et le Pr G étaient illégaux et que je travaillais en toute illégalité sans être payé et plus encore sans aucune assurance alors déjà que Mr Garnier ne respectait pas ses obligations financières envers la faculté je tombais des nues. Ceci dit, à la réflexion, je ne vois pas pourquoi cela m’a étonné…

 

Après une conversation avec Mlle P (il y en a eu plusieurs avec elle et sa supérieur mais celle si fut déterminante), du service valorisation de l’université, il apparu que différente pression (Elle me le dit verbalement) était faite sur elle et son service pour «fermer» les yeux pour que cette technologie voit le jour à Bordeaux et je savais que des responsables politiques régionaux de façon informelle suivaient cette affaire par le biais d’un ami et le Pr G me confirma «une visite» du prototype par un représentant du conseil régional durant mon absence et le vice président de l’université lors d’un rdv ultérieur me fit comprendre qu’on lui avait demandé de suivre de très près l’affaire personnellement.

 

Mlle P était bien embêtée de cette situation, car sans accord légal, ma présence au sein des locaux de l’université était illégale et je travaillais sur un prototype, qui à plus forte raison était fonctionnel et qui émettait une quantité non négligeable d’hydrogène (gaz très explosif) . Ceci était déraisonnable car je n’avais ni statut, ni assurance (pourtant j’ai demander à Mr Garnier d’en contracter une pour moi à maintes reprises et il m’a dit par téléphone l’avoir fait (faux à ma connaissance) et j’en ai même payé une à mes frais, mais sans statut elle n’avait pas de valeur) et même si pression il y avait elle me fit comprendre clairement qu’en cas d’accident, je serrais le seul avec le Pr G à être responsable légalement.

 

Après cette conversation, je décidais de l’arrêt immédiat des essais en janvier 2007, ce que mes associés m’ont maintes fois reproché et ils s’en sont servi pour justifier leur position de fumiers avec une mauvaise foi scandaleuse.

 

 

De février à juin 2007 est entré en jeu Mr Protain gérant de la société Brevets et associé qui s’est présenté comme actionnaire de 30% des parts s du brevet sans me montrer aucun acte de cession (car toute cession était illégale car faite sans mon accord en violation de l’article 9 et je ne vous cache pas les avoir demandés avec force… ).

 

Après de nombreuse conversations et rdv, notamment à Paris avec tout les "propriétaires" de mon brevet (enfin ceux qui était présent) près de la place de l’étoile chez un comptable actionnaire», en fait tous les propriétaires qui m'ont été présentés sont des actionnaires de Brevet et associés enfin à ce que je comprenais à l’époque mais dans ce bordel et sans avoir accès à de quelconque document, c’était pas évident d’y comprendre quoique ce soit….

 

Mr Protain se présentait comme une «victime» de Mr Garnier et finit par me donner des copies d’actes de cession faite en violation de l’article 9 du contrat initial en juin/juillet 2007.

Je découvre alors que tandis que je perdais mon temps à attendre un financement réel, que je m’emmerdais avec des fournisseurs et autres prestataires de service qui se plaignaient de ne pas être payés ou qui étaient payés avec des mois voire des années de retard et rechignaient au final à travailler avec Finercor SA ,ce qui me conduisait à perdre un temps fou et tout ça à mes frais, ce Monsieur, d’Espagne revendait 30% de ses parts pour un montant de près de 125 000 euros… Et bien évidemment, je n’avais toujours pas accès à la cession initiale (ségitech/finercor), les actes de cession présentés impliquant Finercor et les autres.

 

 

Parenthèse :

 

Jusqu’à présent Mr Garnier se plaignait que ça lui coutait de l’argent et ne lui rapportait rien et qu’il faisait autant de sacrifice que moi… Fumier, dans les faits tandis que moi je m’emmerdais sans un sous avec les aides sociales et le soutien de mes parents et amis, lui, faisait un bénéfice plus que substantiel en ne faisant strictement rien en moins de 2 ans et partait en croisière avec une femme beaucoup plus jeune que lui (un truc comme 40 ans de moins) et à mes frais en prime… Chacun appréciera…

 

Maintenant on peut parler d’esclavage bien que je vous fasse remarquer que les esclaves étaient nourri et loger dans l’histoire de l’humanité ce qui n’était pas mon cas.

 

Mr Protain exigea en outre l’établissement du contrat de copropriété (chose que je demandais en vain depuis le début et de façon correct et conforme au contrat initial évidemment et pas avec une clause de décès sur ma tête… Pas si fou !).

 

 

De juin à septembre 2007, négociation pour la rédaction du contrat de copropriété, nouvelles pressions pour établir ce contrat et finalement nouveau chantage subi : ou ce contrat de copropriété est établi avant septembre ou pas de financement pour les dépôts nationaux, on retombe sur les méthodes de voyous de Mr Garnier, nouveau clash :

 

Point important :.

 

-Mr Garnier refuse de signer tout contrat de copropriété si il perd la gestion… Or il est planqué en Espagne hors d’atteinte de la justice Française et je n’ai aucun moyen de le poursuivre de toutes façons. Mais Mr Protain s’engage à me soutenir si besoin est.

 

-Mr Protain refuse de financer les dépôts nationaux (date butoir début septembre 2007 selon eux) si le contrat de copropriété n’est pas signé avant ce délai (et évidemment en régularisant la situation vis-à-vis des cessions illégales) .

 

Je n’ai plus aucune confiance et pour faire avancer les choses, en signe de bonne foi, le vieil escroc de Garnier m’annonce prendre en charge mes frais de conseil.

 

                               -Je demande l’aide de Mr S (agent de brevet) pour relecture de ce contrat de copropriété  (coût 1 600 EURO). Mr Garnier me fait passé des chèques à son nom pour 1 500 euros.

 

Je contacte aussi Mr V avocat d’affaire , par le biais d’une association, qui lui-même demande conseil auprès de maitre m (avocat toulousain) avec le soutien de toute son équipe (gratuit) ouf !

 

Septembre 2007 établissement du contrat de copropriété normalisant les cessions passé et me donnant un contre pouvoir par le biais de la nomination d’un gestionnaire de compte et le contrôle des factures (droit de regard et de contestation) ainsi que le maintien de l’article 9.

 

Premier coup de couteau, Au moment de payer mon conseil, Mr Garnier m’annonce que ses chèques sont en bois et déclarés volés et qu’il a fait opposition. Je suis contraint de me débrouiller pour payer mon conseil. Mr Protain me fait remarquer que je peux toujours payer mon conseil avec les chèques en bois, ceci dit, être défendu par un conseil que l’on paie avec des chèques déclaré volés, c’est plutôt craignos et au final je devrais payer quand même. (pour parenthèse, 1 500 euros pour un RMISTE c’est 4 mois de revenu, sans se loger, ni boire, ni manger chacun appréciera mon sacrifice ou mon côté bonne poire mais faut bien avancer…)

 

 

Les conseils Toulousains jugent le contrat de copropriété assez bien fait et mes intérêts semblent protégés. Mr S agent aux brevets le trouve trop compliqué et me conseil de me méfier, cependant la montre tourne et il faut se décider, je signe…

 

 

Après signature, dès octobre mes associés jugent inutile de nommer un gestionnaire de comptes et le gérant traine les pieds pour me fournir les factures.

 

Fin octobre 2007 je cesse toute collaboration tant que le contrat n’est pas respecté.

 

Plus aucune nouvelles du gérant jusqu’en janvier 2008 quand, par recommandé, il m’apprend qu’un nouveau brevet européen sur la régénération de mon produit et la production d’hydrogène vient d’être déposer et avec une réduction de mes droits sur la base de documents que j’ai fournis courant septembre en toute confiance à Mr Nithard, conseil en Propriété industrielle nouvellement nommé.

 

L’ancien conseil ayant refuser de poursuivre tant que l’ardoise faite par Mr Garnier ne lui serrait pas payée (10 000 euros une bagatelle !), il a trouvé la solution en transférant le dossier à un autre qui, lui, fut payé d’avance et en Suisse (un truc lié à la législation sans doute).

 

Je demande copies des dépôts (nationaux sur le premier et européen sur le second déposé dans mon dos), après de nombreuses demandes à Mr Nithard, Garnier et Protain, ils finissent par m’envoyer tous des « extraits » et je persévère à en demander la totalité ainsi que le respect du contrat avant reprise de ma participation .

 

Juin 2008 Mr Garnier gérant fini par m’envoyer les factures (présence d’une fausse facture et d’un gonflement de 400% des frais à ma charge par ajout des frais de brevet et d’expertise à leur charge exclusive.

 

Vive contestation mais aucune réponses à ce jour.

 

Septembre 2008, Mr V parvient à établir un contact et on s’accorde pour une réunion début octobre pour une démonstration de l’appareil, fait le 5 chez Mr Pouchucq (le second agent au brevet, Garnier étant parti sans le payer lui aussi (comme le premier) et il me soutien gratuitement), la démonstration se passe bien et normalement cette réunion été un prélude pour renégocier la gestion mais Mr Hagenbach (mandaté par Mr Garnier) considère que c’est une perte de temps et souhaite parler technique ayant la possibilité de négocier le brevet chez Total ou Air liquide et des négociation ont déjà commencé (d’où leur problème, sans moi y a pas grand-chose…) . Mr V lui donne raison.

 

Nouveau clash, j’impose une nouvelle réunion pour le 5 novembre pour parler des problèmes existants et après de lourds chantages de leur part cette réunion a bien lieu mais il semble que tout les intervenants (Hagenbach, Protain et même mon conseil, Mr V) s’accordent pour dire que je suis paranoïaque et qu’ils n’ont pas à me répondre… Sympa la réunion, mais en persévérant et en tenant tête, Mr Protain finit par reconnaitre que le gérant ne respecte pas ses engagements, mais qu’il le soutient quand même (malgré sa parole donnée lors de la rédaction du contrat de copropriété) et il me demande d’établir la liste des « erreurs » de factures pour signe de bonne fois.

 

8jours après je fais cette liste et leur envoi et aucune réponse ne fait suite, je cesse toute collaboration de nouveau .

 

Fin novembre nouveau chantage avec un rapport de l’OEB (office européen des brevets) faisant état de manque de détails dans le brevet déposé dans mon dos, mes associés me somment de répondre aux questions et de fournir les éléments ou alors ils ne financent plus rien et laissent ce dépôt de brevet afin d’empêcher tout nouveau dépôt et ce avant le 1er décembre (moins de 8 jours) alors que ce rapport à dû leur parvenir plusieurs mois avant cela, évidemment.

 

Selon Mr pouchucq les manquements sont tels que le retrait du brevet est la seule possibilité offerte, je leur signale sans aucune réponse. (Je rappelle que plutôt que de respecter leurs obligations contractuelles, Mr Garnier et comparses ont préféré déposer un nouveau brevet dans mon dos en utilisant des documents que j'avais fourni en toute confiance à Mr Nithardt et dans des conditions qui me sont encore inconnues car ils refusent de me fournir l’intégralité des documents et que suite à la législation ni l’INPI, ni l’OEB ne peuvent me fournir ces documents avant la publication, ce qui est aussi scandaleux car je suis le seul inventeur et normalement titulaire de 50% des droits contractuellement).

 

Début décembre 2008 je reçois une lettre recommandée faisant état de l’arrêt du financement suite à mes manquements .

 

Je réponds à cela par recommandé ç tous les intéresser ((((((((Mrs Hagenbach,Garnier, Protain père et fils (florent) et sa fille (cécile) ainsi qu’a Mr Surelle (tout les copropriétaires) , aucune réponse à ce jour et le recommandé envoyé au gérant revient avec la mention « n’habite pas à l’adresse indiquée »… Génial il est déjà parti sans laisser d’adresse !

 

Début janvier nouveaux recommandés à tout les copropriétaires faisant le point de la situation et demandant comme prévu au contrat la révocation du gérant suite à ses manquements ou d’assumer leur responsabilités (tribunaux, média).

 

 

 

 

Depuis j’ai prévenu les média (presse écrite et audio visuelle (j'attends).Clin d'oeil

 

J’ai prévenu tous les politiciens que j’ai pu d'extrême gauche jusqu’à l'extrême droite avec plus ou moins de succès. (j'attends)Clin d'oeil

 

Parmi les exemples les plus criants de réponse en attente :

 

 

 

 

De : Présidence de la République [mailto:courrier.president@elysee.fr]
Envoyé : lundi 30 mars 2009 08:16
À : jeanluc.quere@club-internet.fr
Objet : RE:Présidence de la République

 

cid:image001.gif@01C877E5.6DB7B030

 

SCP/CdO/C045978

 

 

 

Cher Monsieur,

 

 

Le Président de la République a bien reçu votre message.

 

Chargé de vous répondre, je puis vous assurer qu'il a été pris connaissance avec attention de vos préoccupations avant de les signaler au Ministre d'Etat, Ministre de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de l'Aménagement du Territoire.

 

Bien cordialement.

 

 

Le Chef de Cabinet

Cédric GOUBET

 

 

 

Monsieur Jean-Luc QUERE